Flash
Préc Suiv
Logo Free News

SITUATION A L’HOPITAL HJRA : Claudine pourrait ne jamais mettre les pieds à Antanimora

SITUATION A L’HOPITAL HJRA : Claudine pourrait ne jamais mettre les pieds à Antanimora

La durée de l’évacuation sanitaire de Claudine est –elle indéterminée?

La conseillère occulte du chef de l’Etat, Claudine Razaimamonjy, est toujours soignée à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA). Du moins, c’est ce qu’ont conclu les magistrats à l’issue d’une visite effectuée hier.

Les journalistes déterminés à éclaircir la situation, notamment sur la présence ou non de l’opératrice économique dans sa chambre, étaient à l’hôpital pendant toute la nuit du lundi dernier pour attendre cette visite espérée de tous. Cependant, l’attente a été longue (plus de 48h) pour les magistrats avant de pouvoir constater et se prononcer sur la situation de cette femme d’affaires. Les magistrats, accompagnés d’un directeur au sein de l’établissement, se sont rendus à la chambre 126, où la prévenue est censée suivre son traitement depuis son retour au pays, pour constater la présence ou non de la concernée. « En tant que substituts du procureur général auprès du Tribunal de première instance d’Antananarivo et en vertu de l’ordre de mission numéro 354/17 en date du 15 mai 2017, nous sommes ici pour effectuer un contrôle de détention», a-t-on expliqué. En effet, cette visite devait se tenir dans la soirée de lundi dernier, mais elle n’a pas pu être effectuée pour des raisons relevant de l’hôpital, a-t-on indiqué. Toutefois, la présence de la prévenue dans la chambre 126 a été confirmée. «Nous voulions la regarder de la tête aux pieds mais son visage était caché», s’est contenté de dire Faniry Ernaivo, interrogée par les journalistes, sans donner des conclusions sur l’état de santé de l’opératrice économique.

Soupçons

Durant leur passage à l’HJRA, les magistrats ont rappelé aux agents pénitentiaires l’obligation de tenir un cahier d’enregistrement des visites aux détenus. Certaines sources parlaient d’une visite du sénateur Riana Andriamandavy et de celle du maire d’Ambohimahamasina. En tout cas, rien ne rassure qu’un jour Claudine R. foulera le centre de détention d’Antanimora. A cet effet, certaines choses ne manquent pas d’éveiller les soupçons des observateurs. On dirait que l’évacuation a été prolongée aussi longtemps que possible. Le journal Free News a dénoncé de nouvelles manigances dont elle fait usage pour avoir une liberté provisoire. Les juristes avancent que, normalement, une demande de liberté provisoire n’est recevable qu’après l’enquête au fond, seule la première comparution ayant été effectuée jusqu’ici. L’on s’interroge également pourquoi la visite n’a pas pu être effectuée lundi dernier alors que des rumeurs selon lesquelles la femme d’affaire est sortie de l’hôpital, ont couru depuis plusieurs semaines? Le directeur, accompagné de magistrats durant la visite, a été évasif. « Pouvez-vous nous prouver qu’elle est sortie de l’hôpital?» a-t-il lancé aux magistrats. Si la détenue était bel et bien là pendant tout ce temps, pourquoi les responsables au sein de l’établissement n’ont pas convoqué les journalistes et les photographes pour constater sa présence ou non afin de faire taire les polémiques? Sinon, certains observateurs pourraient avoir raison et qu’effectivement, la détenue est sortie de l’hôpital. Des sources indiquent qu’elle était à l’hôtel A&C et d’autres informations révèlent qu’elle serait à Ambatondrazaka. Aussi, l’on se demande si cette opératrice économique mettra un jour les pieds à Antanimora.

J.Harisoa

Les commentaires sont fermées.