Flash
Préc Suiv

Rapport sur les droits de l’homme : Madagascar en mauvaise posture

Les Etats-Unis ont publié le rapport 2016 des droits de l’homme à Madagascar hier sur son site. Un rapport qui met le pays dans l’embarras.

«Parmi les abus des droits de l’homme les plus importants, il y a l’incapacité du gouvernement à assurer un Etat de droit, résultant de la corruption et l’impunité ainsi que des abus venant des forces de l’ordre», indique le rapport. Celui-ci cite également «L’augmentation de la restriction de la liberté d’expression, liberté de presse et de rassemblement, et le travail des enfants, y compris le travail forcé des enfants».

Rapport cinglant

Néanmoins, d’autres problèmes sont également évoqués tels que les assassinats arbitraires, les conditions carcérales difficiles, le manque d’indépendance judiciaire et inefficace résultant d’une détention préventive trop longue, ainsi que les discriminations sociales.

Les conditions précaires relatives à la  détention de l’opposant Alain Ramaroson, malgré son mauvais état de santé ont été dénoncées ainsi que l’arrestation forcée de l’ancien ministre Augustin Andriamananoro au sujet de l’affaire Soamahamanina, celle de l’activiste Clovis Rakotomalala, mais également la situation précaire de la liberté d’expression, suite à l’adoption du Code de la communication. Le cas de Fernand Cello est évidemment évoqué.

Le rapport indique ainsi clairement qu’il y a un manque de transparence au sein du gouvernement qui favorise la corruption et la culture de l’impunité. «La loi prévoit des peines pénales pour les faits de corruption, cependant, le gouvernement n’a pas appliqué la loi avec efficacité et des responsables se sont engagés dans des pratiques de corruption en toute impunité», relate le rapport américain.

Tahina Navalona

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique