Flash
Préc Suiv

Pauvre jeunesse !

Pauvre jeunesse !

Qu’il est loin l’époque où les jeunes étaient conscients que les études sont plus importantes que les bourses. Mais c’est encore plus désolant de voir une manifestation estudiantine au campus universitaire d’Ankatso alors qu’un championnat d’Afrique australe de tennis se déroule dans l’enceinte de l’université, sur les courts de l’Asut. Et ce, devant les regards ébahis des invités et des enfants qui participent à ce tournoi.

Pourtant, cette fâcheuse situation est devenue un fait divers parmi tant d’autres. Et les responsables ne trouvent nulle autre solution que de répondre à coups de bombes lacrymogènes face au mécontentement de ces jeunes qui réclament une maigre somme d’argent qui leur revient de plein droit. Quitte à perturber le bon déroulement des matchs comptant pour le championnat d’Afrique pour les touts petits (ndlr, U12) ainsi que les cours dans les autres facultés non concernées par le sujet.

La question n’est pas de juger quel camp est responsable. Peut-être qu’on a (une fois de plus) négligé ce problème sans tirer des leçons du passé. La passivité des « responsables » face à une importante situation ne plait pas toujours à ceux qui en font les frais. Parfois, il faut garder son âme d’enfant pour vivre mieux. Mais même un enfant est très sensible aux injustices.

L’histoire nous a appris que les solutions à court terme ne sont toujours pas les meilleures pour résoudre les problèmes de ce pays. C’est la principale cause de ces manifestations répétitives non seulement dans les universités mais également dans les autres domaines. L’on ne cesse de marteler que l’éducation est la clé du développement et le futur appartient à la jeunesse actuelle. Mais à l’allure où vont les choses, il faut concentrer beaucoup plus les efforts sur des actions concrètes au lieu de promettre monts et merveilles à cette dite génération future.

Rojo N.

 

Les commentaires sont fermées.