Flash
Préc Suiv

Malaise à l’université : grève imminente à Ankatso

Malaise à l’université : grève imminente à Ankatso

L’université d’Antananarivo est de nouveau secouée par une manifestation estudiantine après quelques mois d’accalmie. Les étudiants, plus précisément ceux de la Faculté des sciences, montent au créneau pour dénoncer un manque de transparence dans la gestion de leurs droits d’inscription.

Les étudiants crèvent l’abcès. Une bonne partie de leurs droits d’inscription, qui se situent entre 50.000 et 75.000 ariary selon le niveau d’études, n’est pas utilisée à bon escient, notamment les sommes allouées aux droits de connexion, aux services médico-sociaux, à la bibliothèque et aux activités sportives. Celles-ci s’élèvent à 16.000 ariary par an pour les étudiants en première année jusqu’à la Licence  et 20.000 ariary pour les étudiants en Master 1 et 2.

En guise d’exemple au manque de transparence dénoncé par les étudiants, le président de l’association pédagogique de la Faculté des Sciences, Valisoa Rasolojaona, a fait valoir que chacun des quelque 32.000 étudiants d’Ankatso honore au début de l’année universitaire une somme de 5.140 ariary pour l’accès à l’internet. Pourtant, il n’y a ni connexion internet ni réseau wifi accessibles pour les étudiants. Notre source d’ajouter qu’un montant de 3.500 ariary est demandé aux étudiants pour jouir des services médico-sociaux de l’université mais ils ne bénéficient pas de soins gratuits auprès de la médecine préventive de l’université en cas de maladie. En outre, l’accès à la bibliothèque est sous conditionné de paiement de 3.500 ariary à honorer dans le cadre des droits d’inscription, mais les membres payent déjà 1.200 ariary par an pour y accéder et  emprunter des livres…». C’était hier en marge d’une grève initiée par les étudiants de cette Faculté.

Jets de pierres…

Cette manifestation a vite dégénéré dans la mesure où une fois descendus au terminus des bus 119, les manifestants ont procédé à des jets de pierres qui n’ont pas manqué d’atteindre les magasins et voitures garées sur place. Aucun affrontement avec les éléments des forces de l’ordre, venus sur les lieux plus tard, n’a été enregistré vu que les meneurs de grève ont su maitriser ce débordement. Même  si le calme est revenu de sitôt, les commerçants ont pris les précautions de fermer les magasins pour éviter les dégâts matériels.

Des pourparlers ont eu lieu entre la présidence de l’université d’Antananarivo et les représentants des étudiants comme l’a indiqué le vice-président, joint au téléphone, mais cela n’a abouti à rien. «Les explications apportées sur ces sujets ne  sont pas suffisantes pour arrêter nos manifestations», a souligné Valisoa Rasolojaona. Ainsi, la grève va se poursuivre ce jour, avec le concours d’autres étudiants des autres départements, en l’occurrence ceux de la Faculté des Lettres et de l’école Polytechnique qui vont tenir leur Assemblée générale ce jour. Profitant de cette occasion, ils comptent également unir leurs voix pour revendiquer la hausse de leurs équipements à 100%, soit de 66.000 ariary à 132.000 ariary.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.