Flash
Préc Suiv
Logo Free News

AEROPORT DE MALAISIE : Saisie de 330 tortues de Madagascar

AEROPORT DE MALAISIE  : Saisie de 330 tortues de Madagascar

Des tortues saisies à Malaisie.

Hier, les journaux internationaux rapportent une saisie importante de 330 tortues en provenance de Madagascar. Malgré les mesures restrictives pour lutter contre le trafic de ressources naturelles endémiques, des espèces dites menacées continuent à être exportées en dehors de nos frontières. Un trafic illicite très juteux et qui bénéficie d’une complicité à toutes les échelles. Cette prise démontre que les trafiquants arrivent facilement à contourner le système mis en place par les autorités aéroportuaires malgaches. Les responsables douaniers sont incapables de contrôler ce genre de trafic.

Estimées à 276.000 dollars, les 330 tortues à soc et étoilées de type Radiata ont été saisies dimanche à l’aéroport international de Kuala Lumpur par les douanes malaisiennes. Selon les autorités sur place, les tortues étaient soigneusement entreposées et dissimulées dans des caisses. La vigilance accrue des douaniers a permis de mettre la main sur ces espèces en voie d’extinction. Après avoir réussi à faire passer les contrôles des douaniers malgaches, les trafiquants comptaient faire rentrer les reptiles en Malaisie et passer le relais à leurs complices. Dans un communiqué, les douanes malaisiennes reconnaissent l’importance de la prise et vont ouvrir une enquête pour déterminer la destination finale du trafic. «Sur la foi d’un tuyau émanant du public, les douaniers ont mené une opération dans la zone de fret de l’aéroport et ont découvert cinq caisses suspectes. Elles sont arrivées sur un vol d’Etihad en provenance de l’aéroport d’Antananarivo à Madagascar» a fait savoir les mêmes responsables. De part leur endémicité, les tortues et les caméléons de Madagascar sont les cibles privilégiées des trafiquants. Un seul spécimen se négocie facilement entre 1000 et 2000 dollars sur le marché noir. A cause de ce business florissant, les contrebandiers n’hésitent pas à mettre la main à la poche pour soudoyer les autorités malgaches.

Incapacité des autorités

La découverte des 330 tortues dans les cinq caisses en Malaisie n’est pas anecdotique. Cette prise résulte visiblement de l’incapacité des autorités à prendre les dispositions nécessaires et anticiper en amont ce genre de trafic. De leur côté, les services des douanes, par la voix de leur syndicat se targuent d’assurer leurs fonctions sans vouloir l’assistance de personne. Manque de vigilance ou réseau bien établi ? Les précieux reptiles n’ont pas pu quitter l’aéroport d’Ivato sans la complicité des autorités. Pourtant, le système de vérification auprès des douanes malgaches dispose de scanner et autres matériels informatiques pouvant retracer les colis, l’envoyeur et le destinataire. Bizarrement, Pour cette fois-ci, les cinq caisses envoyées vers la Malaisie ont pu déjouer ce système. D’après des renseignements recueillis à Ivato, le trafiquant opère par une fausse déclaration sous une fausse adresse à Madagascar. Une fois à destination, le relais se charge de coordonner le reste. Par conséquent, certains responsables à Ivato étaient mis au parfum sur cette cargaison. Les caisses remplies de tortues devaient ainsi passer par les inspecteurs de douanes au niveau du service fret. De ce fait, l’on s’interroge où est la faille? Qui sont les complices et les corrompus à l’aéroport d’Ivato? Quant aux Polices Aux Frontières (PAF), ces responsables sont souvent citées dans ce genre d’affaire. En somme, le trafic de nos espèces rares persiste et se fait au nez et à la barbe des autorités. Un pillage sans vergogne de nos ressources qui discrédite un peu plus, l’image de Madagascar aux yeux de la presse internationale.

La Rédaction

 

Les commentaires sont fermées.