Flash
Préc Suiv
Logo Free News

MOUVEMENT ROHI : « Il n’y a pas de vision à long terme pour le développement jusqu’ ici»

On vote pour une personne au lieu d’un projet de société, explique N. Razakamanarina.

Le mouvement Rohi projette d’élaborer un livre blanc pour pallier l’absence de vision à long terme pour le développement. Ce, dans le cadre d’un programme financé par l’Union européenne.

« Il s’agit de proposer des alternatives de développement aux dirigeants du pays concernant divers secteurs tels que la gouvernance, le social ou les infrastructures», a déclaré Ndranto Razakamanarina, le chef de la commission gouvernance au sein de la plateforme. En effet, presque tous les régimes successifs n’ont pas une vision à long terme pour le développement du pays. Ces derniers se sont bornés à avancer un programme quinquennal mis en œuvre dans le cadre d’un mandat, a-t-il indiqué. « Le président entrant a toujours tendance à rompre avec l’initiative de son prédécesseur au détriment du développement économique, de l’environnement et de l’écosystème», fait remarquer notre interlocuteur. Lui d’ajouter que le livre blanc va renfermer les données nécessaires à la prise d’une décision liée au développement, et servira d’outil stratégique pour les dirigeants. La priorité sur laquelle on devra miser pour booster le développement fait défaut, a-t-il également indiqué. D’après lui, les priorités de Madagascar en termes de développement ne sont pas clairement définies contrairement à ce qui se passe dans les pays étrangers. « Pour Costa Rica c’est clair, l’écotourisme est un secteur clé de son développement. L’Australie a choisi le secteur minier comme moteur de sa croissance », a-t-on précisé.

Fausses promesses

Par ailleurs, le numéro un de l’AVG indique que les candidats à la présidentielle n’ont pas de projets de société précis pour convaincre l’électorat. «A Madagascar, l’élection est une question de gros sous et de fausses promesses. C’est un véritable culte de la personnalité puisque les électeurs votent pour une personne au lieu d’un projet de société », a-t-il déploré. Lui d’ajouter que les partis politiques n’ont pas de vision claire. Pourtant, à l’étranger, il est primordial d’identifier l’idéologie ou la vision du candidat selon qu’il soit issu d’un parti républicain ou démocrate, d’un parti de gauche ou de droite. Le mouvement Rohi prévoit incessamment de recueillir des informations liées au développement et ce, en tenant compte des problèmes de chaque région, indique-t-on. En tout cas, la faille de l’éducation citoyenne constitue un des facteurs du blocage du développement du pays. Mais cette situation semble jouer en faveur des candidats. Les régimes successifs n’ont avancé qu’un programme quinquennal. On peut parler, par exemple, de Marc Ravalomanana avec le Madagascar Action Plan (MAP). Le régime actuel n’échappe pas à la règle avec le Plan National de développement (PND) qui est considéré comme un parallèle du MAP et qui n’a été élaboré qu’un an après l’élection du Président de la République, Hery Rajaonarimampianina.

J.Harisoa

Les commentaires sont fermées.