Flash
Préc Suiv
Logo Free News

EXPLOITATION MINIERE A TOAMASINA : Le député de Fénérive-Est nie l’existence du projet et de l’expulsion

EXPLOITATION MINIERE A TOAMASINA : Le député de Fénérive-Est nie l’existence du projet et de l’expulsion

Le député Momhamad Ahmed répond aux villageois

Dans un article publié dans nos colonnes le 26 avril dernier concernant une exploitation minière dans la commune de Lomboko, à Toamasina II, les villageois ont manifesté leurs inquiétudes sur les impacts environnementaux et leurs intérêts dans le cadre de ce projet. Quelques semaines plus tard, un parlementaire particulièrement concerné par la situation tient à mettre les points sur les « i ».

Le 25 avril dernier, une communauté villageoise établie à Toamasina II a manifesté son inquiétude face à une éventuelle exploitation de chromite par une société étrangère dans la commune rurale de Lomboko à Volo Be. Cette commune est située à une vingtaine de kilomètres de Toamasina, sur la RN2. Lors d’une conférence de presse donnée à Antananarivo, les représentants de cette communauté ont exigé la transparence dans cette affaire. Les principaux soucis de la population portent sur les impacts environnementaux et les conséquences néfastes de l’exploitation. Mais cette communauté semble également soucieuse des avantages qu’elle pourrait en tirer, à en croire notamment son porte-parole. « Les autorités locales et la société minière en charge du projet restent indifférentes à l’égard de la population », s’est plaint ce dernier. Avant d’ajouter, « au moins une consultation au préalable aurait dû se faire entre les habitants directement concernés et les futurs exploitants, mais la population locale a été écartée du projet. Ce qui est inadmissible ».

Les représentants des villageois lors d’une conférence de presse tenue dans la capitale le 25 avril dernier.

Descente sur les lieux

Des représentants de cette communauté auraient également dénoncé des manœuvres d’expulsion de la population locale au bénéfice de ce projet. Le député de Madagascar élu à Fénérive-Est et non moins président de la commission mine et pétrole au sein de l’Assemblée nationale, Mohamad Ahmed, de préciser par le biais de son assistant parlementaire, Julien Beantanana, que le projet n’est pas encore lancé et qu’il n’y a pas encore d’exploitation de chromite dans ladite commune. « Le député, avec tout son staff, a effectué une descente sur les lieux après avoir appris les soucis de cette communauté », précise son assistant. «Une fois sur place, nous avons constaté que le projet n’a pas encore démarré. Parallèlement, il n’y a jamais eu d’expulsion des habitants comme certains journaux l’ont rapporté au lendemain de la conférence de presse donnée par les représentants de la communauté villageoise concernant ce projet », a-t-il assuré.  Il est justement à rappeler que lors de cette conférence de presse, un des représentants de la communauté villageoise a évoqué les différentes étapes à suivre dans le cadre de l’exploitation. «Dans ce genre d’entreprise, une première phase d’étude et de prospection devrait se faire. Il faut ensuite déterminer les apports en matière de développement, surtout pour la population locale ». Il a alors précisé que si bénéfice il y a, ce sera de l’ordre de 10% des dégâts causés par cette extraction minière. Tout cela comme pour confirmer que l’exploitation n’est pas encore à son stade de mise en œuvre.

La Rédaction

 Contrairement à ce que certains parlementaires ont évoqué ces derniers jours, le code minier et du pétrole, dans le cadre d’un projet de loi de réforme de ce secteur, n’est pas et ne sera pas encore à l’ordre du jour de la première session ordinaire de l’Assemblée nationale. Selon une source bien au courant du dossier, le projet de loi n’a jamais été évoqué lors de la conférence des présidents durant laquelle l’ordre du jour de cette session a été adopté. Il est pourtant à rappeler que le gouvernement a déjà annoncé la soumission de ce projet de loi aux deux Chambres du parlement lors de cette session ordinaire. Mais visiblement, rien n’est encore fait. 


Les commentaires sont fermées.