Flash
Préc Suiv

Pourquoi Christian Chadefaux a été expulsé

Pourquoi Christian Chadefaux a été expulsé

Au lendemain du décès du rédacteur en chef fondateur des Nouvelles, il est juste que la vérité soit dite sur un événement qui a fait couler beaucoup d’encre.

On a toujours connu Christian pour son franc-parler un peu frondeur. Sa volonté de quitter L’Express pour créer Les Nouvelles n’a fait que libérer son esprit libre. Malheureusement, le quotidien a été créé sous le règne de Ravalomanana dont on connaît le peu d’appétit pour la chose écrite et l’humour.

Tout a commencé par un papier anodin dans les Marchés Tropicaux, qui faisait le parallèle entre feu Herizo Razafimahaleo dont Christian admirait le parcours et l’intelligence, et Ravalomanana dont il moquait l’inculture. Cet article se finissait sur le meilleur état de santé du cadet, ce qui a mis le président de l’époque dans une grande fureur.

Entretemps, sa liberté de parole lui avait fait écrire un mail assassin sur la moralité et la compétence de Rolly Mercia et Alphonse Maka auprès de L’union de la Presse francophone. Ces derniers ont alors déclenché une vendetta qui a conforté Ravalomanana dans le fait que les confrères ne bougeraient pas. Ce qui a été le cas. Même si Christian Chadefaux a fait toute sa carrière dans la presse malgache, il est resté le vazaha donneur de leçon aux yeux de grand nombre d’entre ceux qui sont passés par son apprentissage brutal.

Deux événements ont accéléré une décision prise sous la colère. Les procédures balbutiantes du quotidien qui en était à ses débuts, ont permis que le caricaturiste passe lors du passage de Kofi Annan secrétaire général de l’ONU une blague de mauvais goût. «On nous confie un âne». Qui méritait tout juste qu’on se moque du peu de finesse du calembour mais qui a provoqué l’ ire du Président, des appels du Premier ministre et des ministres pour exprimer sa colère.

L’esprit facétieux de Christian a pu se défouler lorsque, tout heureux d’avoir un scoop, il a appris que le fils Ravalomanana allait se marier à une Bulgare. Le jeu de mots sur le yaourt au goût bulgare est venu se loger dans l’éditorial. Cet article a été discuté en conseil de gouvernement. Pour si peu…

 48 heures pour quitter le pays quand on y a été 6 décennies… La sanction, malgré toutes les interventions et supplications, a été appliquée. Nous avons été peu nombreux à l’accompagner à Ivato pour un départ définitif qui l’a laissé amer et désabusé sur le pays et surtout ses dirigeants. Il y avait une incompatibilité entre la présence d’un esprit libre et le régime autocratique de Marc Ravalomanana. De la même manière qu’a été expulsé Paul Giblin, directeur général de la banque MCB, dont la grande erreur a été de laisser apparaître un léger mépris pour le guide suprême. Ou le Père Sylvain Urfer dont les critiques étaient trop diffusées internationalement.

A l’heure où dans le monde, on voit les extrêmes se banaliser et s’installer au pouvoir, il est de notre devoir de rester vigilant. On ne peut pas laisser le pouvoir aux mains d’incultes aux idées courtes qui n’ont aucun sens de l’humour. Il y va de la survie de l’humanité. En tout cas de celle dont on défend les idéaux. Au-delà de cette page d’histoire qui se referme avec la mort de Christian Chadefaux et au lendemain de la célébration de la Journée de la liberté de la presse, il est impératif de se retourner sur 300 jours d’un code de la communication liberticide. Les pouvoirs qui se sont succédé ont tous eu la tentation de museler la presse et les médias. C’est une bataille qu’ils peuvent parfois gagner, mais la guerre est perdue d’avance. De Ratsiraka à Ravalomanana, aujourd’hui Rajaonarimampianina, la liberté de l’ esprit a toujours finalement vaincu. Même au fait de leur puissance, les présidents fondateurs doivent garder à l’esprit qu’au Gondwana, leur pouvoir est éphémère…

N.A.

7 réponses à "Pourquoi Christian Chadefaux a été expulsé"

  1. Jean Razafindambo  09/05/2017 à 13:40

    Un éclairage qui n’est pas de trop étant donné que Christian Chadefaux, le principal intéressé, est maintenant décédé… Mais quelles qu’en soient les raisons, son expulsion de Madagascar est la preuve que la presse n’est pas si libre que ça à Madagascar… Surtout pour une personne qui a passé plus de 5 décennies au pays en tant que journaliste… S’il avait vraiment commis une faute sur le plan légal, n’aurait-il pas été plus judicieux de le traduire en justice? L’unilatéralité de son expulsion n’est pas du tout à l’honneur de Madagascar comme pays… Paix à ton âme, Christian Chadefaux! La lutte pour la lberté de parole n’est pas encore terminée…

  2. Betanana  09/05/2017 à 19:48

    Excellent epitaphe pour un iconoclaste. RIP Christian et merci à la belle plume de N.A

  3. Nicolas  12/05/2017 à 14:09

    Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude…. Même en étant décédé ! Journaliste, éditorialiste, caricaturiste, ou simple lambda-iste.

  4. louis edouart  14/05/2017 à 01:59

    j ai connue ce personnage que j ai rencontrer plusieus rfois en presence de mon ami de plus de trente ans big max lui aussi decede je suis moi aussi francais et subi a un autre niveau les memes sevices au bout de plusieur decennie a mada souvenir des annees 70 a 2002 personne integre cultive et professionel domamage pour mada

  5. Erick  18/05/2017 à 18:44

    Eclairage intéressant qui replace la vérité historique dans son contexte, et rend un bel hommage à Christian. Cela nous rappelle la pertinence de cette citation que l’on prête (à tort) à Pierre Desproges : on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui. Je découvre ici la belle plume de N.A.

  6. Matthityahu  19/05/2017 à 13:41

    Merci pour les courageuses revelations 🙂 sinon, N.A = Ndimby Andrianavalona? On ressent les memes themes que dans le juste hommage a feu Chadefaux

  7. Hars  26/05/2017 à 13:19

    Il était un Chat par défaut… Paix à son âme.
    Ce n’est pas vraiment la presse qui n’est pas libre c’est les MOEURS !

Les commentaires sont fermées.