Flash
Préc Suiv

Formation professionnelle : mise en place d’un fonds de financement

Formation professionnelle  : mise en place d’un fonds de financement

A la demande du secteur privé, un Fonds de financement destiné à la formation professionnelle à Madagascar est en place. Les activités sont prévues démarrer au début de l’année 2018.

Le comité de pilotage de l’étude de faisabilité pour la mise en œuvre d’un dispositif pérenne de financement relatif à la formation professionnelle vient de valider le 31 mars dernier la création d’un Fonds de financement en la matière à Madagascar. Ce comité comprend des représentants des partenaires sociaux, à savoir le Groupement des entreprises de Madagascar (Gem), le «Fivondronan’ny mpandraharaha malagasy» (Fivmpama), la Conférence des travailleurs de Madagascar (CTM), la Fédération des Chambres de commerce et d’industrie de Madagascar (FCCIM), ainsi que trois ministères dont celui de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, des Finances et du Budget et le ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé.

«La création du Fonds fait partie des objectifs stratégiques de la Politique nationale de l’emploi et de la formation professionnelle (PNEFP) adoptée en 2015», a expliqué Noelison Rabearivelo, président du comité de pilotage devant la presse hier. «La capacité de l’administration à absorber les travailleurs est très limitée, vu que le nombre des fonctionnaires ne dépasse pas les 150.000 actuellement. Et le secteur privé joue en effet un grand rôle dans la création d’emploi, la réduction du sous-emploi et du chômage», a-t-il ajouté.

Des projets de formation

Le développement des projets de formation destinés aux entreprises individuelles, des entreprises issues d’un même secteur ou d’un territoire local, ainsi que celles des filières artisanal et agricole font partie des actions prioritaires du Fonds. Les activités sont prévues démarrer au début de l’année 2018. A ce sujet, la structure de gestion lancera dès le premier trimestre 2018 son premier appel à projets pour les actions de formation interentreprises sectorielles et intersectorielles.

Le Fonds sera alimenté par une cotisation obligatoire de 1% sur la masse salariale des entreprises déclarant leurs salariés et par des ressources additionnelles provenant de l’Etat et des partenaires au développement. Parmi ces derniers figure l’Agence française de développement (AFD).

Pour Noro Andriamamonjiarison, présidente de la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo, «Ce fonds est vraiment essentiel pour Madagascar au moment où nous manquons cruellement de mains-d’œuvre formés. Nous sommes persuadés que ce fonds va permettre d’avoir une meilleure adéquation formation-emploi et de mieux résoudre le problème de chômage, notamment au niveau des jeunes».

Bertrand Ficini, directeur général adjoint de l’AFD a affiché sa volonté d’octroyer une subvention de six millions d’euros qui permettra d’accompagner la création du fonds, de mettre en place les premiers financements, le temps que les cotisations des entreprises puissent prendre le relais et que le Fonds puisse remplir sa mission.

Compétitivité des entreprises

Ainsi, le Fonds de formation va augmenter significativement les moyens financiers mis à la disposition de la formation professionnelle en vue de provoquer un véritable sursaut de la qualification de la population active. Il s’agit également de donner aux partenaires sociaux et au secteur privé, en partenariat avec le pouvoir public, les moyens d’investir dans l’accroissement des compétences des salariés et employés jeunes et adultes, afin de permettre à Madagascar d’entrer dans le cercle du développement durable et de lutter efficacement contre la pauvreté.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.