Flash
Préc Suiv

Vol au cite planton : l’identité de l’accusé fait polémique

Vol au cite planton : l’identité de l’accusé fait polémique

Le chef d’établissement pénitentiaire d’Ankazobe a finalement réagi face à la médiatisation à outrance d’un soi-disant condamné à perpétuité mis sous sa garde mais accusé de vol en domesticité le 13 avril dernier à Ambaranjana.

Apportant des précisions pour démentir certaines affirmations, le premier responsable de la Maison d’arrêt d’Ankazobe affirme que le détenu faisant l’objet de recherche n’est jamais sorti de son établissement depuis son transfert le 6 octobre 2016. Cet individu n’a jamais été employé en main- d’œuvre pénale (Mop), a-t-il ajouté vu que cette pratique n’est plus de mise dans les

établissements pénitentiaires. L’interdiction de sortie mentionnée dans sa décision de transfert ne permettrait pas d’ailleurs une telle opportunité, selon ses révélations. Le chef de l’établissement pénitentiaire d’Ankazobe ne s’explique pas, de ce fait, l’origine des informations circulant actuellement dans les médias et demande des recoupements à la source avant la divulgation de tels renseignements.

De l’incohérence totale

A y voir de près, le puzzle reste entier dans cette affaire où les informations sont incohérentes. Les affirmations sur les différents noms de l’accusé semblent gratuites et rien ne prouve que l’homme recherché est celui qui est publié en photo, selon les observateurs. Un détenu est dans l’impossibilité matérielle d’officier en tant que chauffeur, étant délesté de ses pièces administratives dont le permis de conduire. Des recoupements s’imposent donc pour éviter d’éventuelles dénonciations calomnieuses et la collaboration de l’employeur victime s’avère nécessaire pour l’identification du prédateur.

Manou

 

Les commentaires sont fermées.