Flash
Préc Suiv

Un remaniement incomplet

En pleine tourmente à propos de l’affaire Claudine Razaimamonjy, le régime acculé de partout tente de trouver une échappatoire. Difficile de faire fi aux condamnations de l’opinion publique, des politiques, de la société civile et des syndicalistes ainsi qu’au souhait du corps diplomatique de voir la Conseillère de la présidence devant la barre pour répondre de ses actes. Il y a péril en la demeure et la seule option pour sauver la face est de procéder  à un remaniement gouvernemental, considéré auparavant, plus précisément vers le début de l’année comme inopportun et  qui n’a pas trop emballé la communauté internationale. D’ailleurs, à ce sujet, le président de la République a mis fin au débat  en soulignant que « Ce ne sera pas pour demain ».

Puis, hier matin, bien avant l’annonce du secrétaire général de la présidence à Iavoloha, des bruits ont circulé que les ministres concernés de près par l’évacuation sanitaire controversée de Claudine R seront dans la liste des personnes à remercier. Et que ce remaniement serait la meilleure manière pour le régime  de faire amende honorable même si plus d’un revendique même des poursuites judiciaires à l’encontre des ministres qui ont permis à la Conseillère de la présidence de se faire la belle à Maurice.

Et tout le monde n’en revenait pas. Le remaniement a eu bel et bien lieu, mais en demi teinte, loin des attentes de plus en plus décevantes des observateurs. On dirait même un subterfuge voire un simulacre de remaniement sans raison apparente, relatif à l’affaire Claudine R. Des départs prévisibles, il devait y en avoir beaucoup, sans demander pourquoi car les faits sont là. Plusieurs ministres ont participé à l’évacuation forcée de Claudine R. à Maurice, mais qui au final, restent en place, malgré tout…

JR.

 

Les commentaires sont fermées.