Flash
Préc Suiv

Iavoloha : un remaniement sans fondement

Iavoloha : un remaniement sans fondement

Hery Rajaonarimampianina a procédé hier à un remaniement de son gouvernement, déjà qualifié de mascarade politique pour certains en faisant référence à l’affaire Claudine R.

Annoncé et attendu vainement par les observateurs et les politiciens depuis le début de l’année, le remaniement a eu lieu hier. Sur les 32 ministres composant le gouvernement de Olivier Solonandrasana Mahafaly, l’entrée en lice de deux nouvelles têtes en la personne de Lantoniaina Rasoloelison au poste de ministre de  l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, et du général Girard Razafindramaitso Randriamahavalisoa comme Secrétaire d’Etat auprès du ministère de la Défense nationale chargé de la Gendarmerie nationale marque ce mini-remaniement.

Barry Emmanuel Rafatrolaza garde son poste au sein du ministère des Affaires étrangères, mais son département s’est mué en Secrétariat d’Etat auprès du ministère des Affaires étrangères chargé de la Coopération et du développement. Le grand revenant de ce remaniement au même poste est l’ancien ministre de la Communication et des relations avec les  institutions lors de la transition, Harry Laurent Rahajason ou Rolly Mercia

Roland Ravatomanga, Vonison Razafindambo Andrianjato et le général Didier Gérard Paza ont été remerciés.

Forme

Ce mini-remaniement n’est qu’une formalité  pour le régime Rajaonarimampianina aux yeux de la communauté internationale. En effet, les responsables souvent cités dans les affaires brûlantes de ces dernières semaines n’ont pas été inquiétés et restent en place.

Le premier ministre et non moins ministre de l’Intérieur et de la décentralisation (Mid), mis en cause dans l’affaire Claudine Razaiamamonjy, le ministre de la Justice qui a défrayé la chronique en foulant aux pieds l’indépendance de la Justice et du bureau indépendant de la lutte contre la corruption (Bianco), ou encore le ministre de la Santé qui a permis l’évacuation sanitaire de Claudine Razaimamonjy écopant de deux interdictions de sortie du territoire (IST) semblent inamovibles.

Encore une fois, après l’incarcération suivie des travaux forcés de Nivo Ratiarison qui n’a pas suffi à noyer le poisson relatif à l’affaire de Claudine R, voilà que le régime donne à nouveau le change et trouve d’autres boucs émissaires au sein même du gouvernement.

Divorce

Ce mini-remaniement est marqué également par le divorce de Hery Rajaonarimampianina avec Marc Ravalomanana. Ayant choisi de remplacer Roland Ravatomanga du parti Tiako i Madagasikara (Tim), ce gouvernement ne pourra plus se targuer d’être un gouvernement d’ouverture et de réconciliation.

Avec ce départ du ministre de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène, Marc Ravalomanana et son parti n’ont aucune raison de ménager le régime Rajaonarimampianina surtout que ces derniers temps, l’ancien président a subi les attaques à répétition du ministère auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate) et du ministère de la Communication et des relations avec les Institutions (MCRI).

Rakoto

Les commentaires sont fermées.