Flash
Préc Suiv

Chronique : le scandale d’une évasion ne fait pas le plein de l’objet de lutte

Nul besoin de décliner les faits et événements passés sous silence qui à l’inverse pour en dénoncer le scandale auraient nécessité du bruit, avant d’arriver à convaincre de l’état de pourriture qui pollue l’atmosphère, gangrène les mentalités, pénalise les activités, et distrait le déroulement des affaires publiques. L’impudence des circonstances ayant entouré l’évasion sous forme d’une évacuation sanitaire bénéficiant à une personne bien en cour dans le régime, jetée par inadvertance en pâture à des poursuites judiciaires, sauvée de ces fourches caudines au dernier instant au prix d’une opération kamikaze, menace d’un précoce crépuscule le régime.

L’occasion prête à voter des félicitations au système chargé de la lutte contre les opérations de vampirisme par des individus voraces à pomper les finances publiques, et à réclamer le prix fort en sanction de la forfaiture. Toutefois il ne s’agit pas de s’arrêter à vouloir faire de cette bataille un simple symbole, une goutte purificatrice jetée sur un océan de turpitude. Ne suffisant pas à faire le printemps de la lutte, ces péripéties invitent non seulement à ne pas lâcher la pression sur les responsables présents, mais surtout à la maintenir dans

l’avenir comme une épée de Damoclès menace suspendue au-dessus de la tête de tout détenteur de pouvoir qui s’aventure sur des chemins de travers. Que de printemps pourri la population n’a-t-elle expérimentés ! Objectif d’un jour, enfoui dans les difficultés le lendemain. De plus les événements prêtent à constater les limites des Bianco, Chaine pénal et consorts… Organes à petits bras pour pouvoir combattre avec efficacité contre le tentaculaire géant « Ripou and Co » qui a installé ses quartiers dans tous les coins et recoins de la vie publique. L’expérience enseigne que renforcer le pouvoir ne prémunit pas de la contagion les gens que l’on y installe, c’est l’Etat qui nécessite d’être remis debout droit dans ses bottes, doté de force et puissance propres à lui permettre de tonifier et remuscler le mécanisme garant du fonctionnement et du maintien de la gouvernance et de l’Administration dans les clous. La copie reste à revoir dans son intégralité.

Léo Raz

 

Les commentaires sont fermées.