Flash
Préc Suiv

Circulez ! Il n’y a rien à voir

Le Malgache est curieux de nature. Et au pays, les rumeurs circulent à la vitesse de la lumière bien avant l’arrivée de l’internet, surtout lorsqu’il s’agit d’un scandale en haut lieu. La rétention d’informations des individus protégeant leurs intérêts ou ceux d’autrui n’y changera pas grand-chose. En fait, la presse à scandale (s’il y en avait) aurait été largement dépassée par la culture de bouche à oreille et par les…évènements. Les faits sont sacrés mais les commentaires sont libres, dit-on. Chacun essaie d’interpréter les « on dit » à sa manière à défaut d’avoir les réponses exactes de la part de ceux qui détiennent les informations véridiques.

L’affaire entourant l’évacuation, interprétée comme une évasion bien orchestrée, de Claudine Razaimamonjy n’est qu’un cas parmi tant d’autres. A Maurice où la dame a été hospitalisée, des politiciens comme Paul Berenger, leader du parti Mouvement militant mauricien (MMM) s’est questionné sur le fait que le gouvernement mauricien ne soit pas au courant de l’arrivée de cette dame sur le sol mauricien. Le parti de l’opposition mauricien n’est pas le seul à s’interroger à ce sujet mais apparemment, aucun responsable que ce soit au pays ou du côté de l’île sœur n’est en mesure d’y répondre.

Circulez ! Il n’y a rien à voir. Nos dirigeants ne sont pas encore prêts à livrer la tête des gros poissons pris dans les filets des organisations comme l’Amnesty international, le Transparency international, le Bianco, l’Alliance Voahary Gasy, …à la justice. Un mot qui ne sonne pas bien à l’heure où l’Etat de droit est sur toutes les lèvres de bon nombre de politiciens. En tout cas, cette dame aussi intouchable soit-elle, s’est vite fait un nom. Mieux, les internautes lui ont trouvé un pseudonyme et prêtent une oreille attentive à l’évolution de la situation. Du côté de son parti politique, le divorce semble consommé. Mais qui sait ? Peut-être que c’est une stratégie de communication menée à des fins purement politiques à l’approche de la course présidentielle.

Rojo N.

Les commentaires sont fermées.