Flash
Préc Suiv

Solidarité syndicale : l’extradition de Razaimamonjy réclamée

Il semblerait que Claudine Razaimamonjy soit encore retenue par le gouvernement mauricien, mais pour combien de temps ? De ce fait, la plateforme «Solidarité syndicale de Madagascar» (SSM) réclame de vive voix l’extradition de Claudine Razaimamonjy. Une décision qui revient à l’Etat.

«Nous demandons au gouvernement malgache d’entamer la procédure d’extradition auprès du gouvernement mauricien», a indiqué le porte-parole de la SSM, Claude Raharovoatra, hier à la Cour suprême Anosy.

Les déclarations ne cessent donc de se multiplier après la fameuse évacuation sanitaire de la conseillère spéciale du président, Claudine Razaimamonjy. Elles risquent d’ailleurs de se poursuivre tant que les doutes sur cette affaire ne soient chassés. Société civile, communauté internationale et maintenant les syndicalistes réclament la poursuite de l’affaire. En effet, ce soi-disant malaise nécessitant une évacuation relève d’une mascarade selon les critiques. On n’hésite même pas à parler d’une évasion organisée.

Retenu par le gouvernement mauricien !

«Selon des sources officieuses, il semblerait que le gouvernement mauricien empêcherait Claudine Razaimamonjy de quitter l’île à moins qu’elle ne revienne à Madagascar», a indiqué la présidente du Syndicat des magistrats (SMM), Fanirisoa Ernaivo. La requête du gouvernement malgache est alors fortement attendue étant donné que Maurice ne pourra retenir l’opératrice économique éternellement sans raison.

Les complices

D’autre part, la solidarité syndicale réclame également la poursuite de toutes les personnes impliquées dans l’évacuation douteuse de Claudine Razaimamonjy et qu’une enquête soit ouverte dans le dessein de traduire les responsables en justice. Cela, sans oublier tous ceux qui ont causé des troubles au siège du Bianco Ambohibao durant l’enquête de la conseillère de la présidence.

Notons que cette plateforme regroupe plusieurs syndicats dont celui des magistrats, des pénitenciers, des enseignants, des douanes ou encore du personnel de la Commune urbaine d’Antananarivo. Profitant de cette rencontre, la SSM demande également l’application des décisions de justice pour que certains employés puissent à nouveau rejoindre leur poste.

Tahina Navalona

 

Une réponse à "Solidarité syndicale : l’extradition de Razaimamonjy réclamée"

  1. andriaharimanana  17/04/2017 à 22:22

    « l’évasion » n’aurait pu se faire sans l’aval des dirigeants politiques, en l’occurence, le président qui a tout interêt à ce qu’elle « disparaisse » !

Les commentaires sont fermées.