Flash
Préc Suiv

Taxi ville : halte au «forcing»

Les taximen ont réagi au «forcing» de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) sur le port obligatoire de la nouvelle lanterne. Ils ont manifesté en guise de réponse à cette exigence de la municipalité.

Les taximen, en particulier ceux des membres de l’association «Fikambanan’ ny Taxi Antananarivo Renivohitra (FTAR)», ont manifesté, hier, contre la décision de la municipalité sur le port obligatoire de la nouvelle lanterne. Une décision que le directeur du transport de la CUA, le colonel William Rakotoarivony, a réitérée ce lundi.

Après s’être donné rendez-vous à Antsonjombe, les taxis ont défilé dans les rues de la capitale. Le cortège s’est terminé devant l’Hôtel de ville Analakely aux environs de midi. «A travers cette manifestation qui s’est déroulée dans le calme, nous espérons que la municipalité revienne sur sa décision, concernant ce forcing», a souligné la présidente de la FTAR, Clémence Rahariniaina.

Trahison

Pour rappel, certains taximen ont adopté ensemble ce projet avec la CUA. Mais se sentant trahis et piégés par certaines clauses du contrat, ils ont décidé de faire machine arrière.

Selon eux, au départ, on leur a assuré la gratuité de cette lanterne contre certaines conditions comme la disposition de papiers complets tels que la licence, la carte grise et la patente ou encore le maintien des véhicules en bon état pour ne citer que les éclairages, les roues, les revêtements intérieurs et le moteur … Mais ce qui les a surtout révoltés, est le paiement de 300 000 ariary en cas de perte ou de remplacement de cette nouvelle lanterne. Des clauses inscrites dans le contrat qui sont illisibles et incomprises par certains d’entre eux.

Une décision prise communément

De son côté, la municipalité a fait savoir qu’elle ne reculera pas. «Cette décision a été prise communément avec la FTAR et il y a eu des périodes d’essai avant de la prendre, leur réaction actuelle m’étonne car l’objectif est de lutter contre les taxis fantômes», a souligné le directeur du transport de la CUA.

De préciser ensuite que tous les taximen ne sont pas du même avis que la FTAR. A preuve, une autre association de taxis est venue à la CUA, vendredi dernier, pour acquérir les nouvelles lanternes pour ses membres.

Sera R

 

Les commentaires sont fermées.