Flash
Préc Suiv

Droits de l’enfant : les entreprises, des acteurs clés

Droits de l’enfant : les entreprises, des acteurs clés

Le secteur privé s’engage à promouvoir et à soutenir le respect des droits des enfants dans les activités économiques et commerciales à travers les «Principes directeurs sur les droits de l’enfant et les entreprises» (PDEE). Pour appuyer les entreprises dans ce sens, un programme de formation de formateurs va se faire jusqu’à la fin de l’année.

Pour concrétiser les droits de l’enfant, tout le monde à son niveau doit passer à l’action, à savoir, les gouvernants,  les communautés, les individus mais aussi les familles, sans oublier les entreprises. Chaque jour, de façon directe ou indirecte, intentionnelle ou non intentionnelle, les entreprises interagissent avec les enfants. L’impact du secteur privé sur les enfants va bien au-delà du travail des enfants. Les entreprises ont la responsabilité de respecter leurs droits.

En complément des principes directeurs sur les droits de l’homme et les entreprises, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), le Pacte mondial des entreprises pour les Nations unies et l’ONG Save the Children ont élaboré les PDEE. Ces dix principes mobilisent les entreprises pour respecter et promouvoir les droits de l’enfant au sein du milieu du travail, à travers leurs marchés et dans la société. Les entreprises doivent démontrer et s’assurer qu’elles ne contreviennent pas aux droits de l’enfant.

Ainsi, pour appuyer les entreprises dans ce sens, un programme de formation de formateurs va se faire jusqu’à la fin de l’année. Le lancement officiel a été marqué par la signature d’un plan de travail annuel entre l’Unicef et le ministère malgache de l’ Industrie et du développement du secteur privé (MIDSP) dans la soirée de mardi dernier.

Les entreprises qui s’engagent dans cette action, vont désigner un point focal qui à son tour va transmettre son savoir et implémenter ces principes directeurs au sein de l’entreprise. Cette personne sera formée sur quatre étapes jusqu’à la fin de l’année.

Influence positive

D’après Elke Wish, représentant résident de l’Unicef à Madagascar, l’activité des entreprises peut avoir des répercussions durables, voire irréversibles sur les enfants. «Les enfants sont des parties prenantes essentielles de l’activité des entreprises, d’un pays, en tant que consommateurs, membres de la famille d’un salarié, futurs salariés et chefs d’ entreprise, en tant que citoyens membres d’une communauté et du milieu dans lequel ils exercent leurs activités. Les principes ont pour but de préciser le rôle de l’entreprise dans le respect et la défense des droits de l’enfant», a-t-elle expliqué à cette occasion.

Comme l’a fait savoir Chabani Nourdine, ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, «Intégrer les PDEE confère aux entreprise une influence positive sur les enfants et la société. Ces entreprises pourront aussi bénéficier d’une bonne réputation, leur facilitant l’acquisition de nouveaux marchés de plus en plus exigeants sur le sujet ».

Cette promotion des PDEE vise à amener au moins 135 entreprises œuvrant dans le secteur tourisme, des industries extractives, des technologies de l’information et de la communication, de l’agroalimentaire, des banques et assurances, à adhérer au processus d’ici la fin de cette année.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.