Flash
Préc Suiv

Vol suivi de viol dans un couvent : vingt-six arrestations à Antsirabe

L’enquête concernant l’attaque à main armée suivie de viol dont ont été victimes des Sœurs de Notre Dame de la Salette à Antsahatanteraka Antsirabe continue. Une série d’arrestations a eu lieu.

Trois jours après l’attaque à main armée suivie de viol, les investigations rondement menées par des éléments mixtes de la gendarmerie et de la police avancent à grand pas. D’après des sources concordantes, 26 individus ont été arrêtés dans le cadre de cette affaire. Lors d’une opération de tapissage, les victimes n’ont pas eu du mal à identifier sept d’entre eux. Selon les religieuses, ces derniers ont participé activement à cette attaque.

L’arrestation d’un certain Kelimaso a permis de remonter la filière. Le modus operandi des assaillants a mis les enquêteurs sur la piste «Kelimaso». L’on sait en effet qu’il y a trop de similitudes entre l’attaque d’Antsahatanteraka et deux autres cas survenus respectivement à Androvakely et à Vatofotsy. Durant ces deux précédents cas, le nom de ce bandit revient souvent. Le jour de son arrestation, le dénommé Kelimaso a tenté de semer ses poursuivants, obligeant ces derniers à ouvrir le feu. Kelimaso a été touché à la cuisse. Soumis au feu roulant de questions, il a dénoncé ses complices.

Cinq religieuses souillées

L’incursion a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi au couvent de ladite congrégation sis à Antsahatanteraka Antsirabe. Samedi, vers 1h 40, une dizaine d’individus ont fait irruption dans le couvent. Avec l’aide d’une barre à mine, les bandits ont réussi à forcer le portail métallique. C’était un réveil en sursaut pour les religieuses. Tout en mettant la main sur les objets de valeur, les assaillants ont malmené les occupants du couvent. L’on sait en effet qu’ils ont abusé d’une jeune bénévole allemande, d’une sœur et de trois pensionnaires. Ils ont également roué de coups un maçon qui avait essayé de les repousser.

D’après une source sécuritaire, 6.000 euros, trois ordinateurs portables, une tablette numérique et quatre téléphones portables ont été dérobés durant l’attaque. Par  ailleurs, l’on sait que la jeune volontaire allemande est déjà rentrée dans son pays le lendemain même de l’incursion.

Mparany

Les commentaires sont fermées.