Flash
Préc Suiv
Logo Free News

FORCING CONCERNANT LE TERRAIN D’ANDOHATAPENAKA : Les conseillers municipaux lancent un appel à la Préfecture

FORCING CONCERNANT LE TERRAIN D’ANDOHATAPENAKA : Les conseillers municipaux lancent un appel à la Préfecture

Ces conseillers refusent l’instrumentalisation du conseil municipal à des fins politiques.

Les conseillers municipaux issus de l’opposition affirment l’illégalité des démarches de l’exécutif de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) visant à établir le soi-disant partenariat avec la société Tiko.

Les dirigeants de la commune ont convoqué une session extraordinaire afin que le conseil municipal puisse délibérer à nouveau sur la fameuse délibération permettant à la société Tiko de mettre à la disposition de la CUA son soi-disant terrain pour servir de parkings. En effet, les conseillers municipaux élus sous les couleurs du parti Tiako i Madagascar (TIM), toujours complices du couple Ravalomanana, ont donné le feu vert permettant à la municipalité de renégocier avec la société Tiko le prétendu partenariat entre les deux parties le 27 février dernier. « L’illégalité des démarches de l’exécutif est flagrante. Les conseillers issus de l’opposition en ont averti les dirigeants de la commune, mais en vain. Un vice de forme est relevé. Ainsi, l’article 86 de la loi sur la décentralisation ne permet pas à l’exécutif d’assister au vote du Conseil», dixit Lalatiana Rakotondrazafy, la fondatrice du parti Freedom en marge de la remise de dons aux sinistrés à l’Ecole Primaire Publique (EPP) d’ Anosipatrana samedi dernier. En effet, les conseillers ont avisé la Préfecture de Police, l’autorité chargée du contrôle de la légalité des actes pris au sein de la municipalité, concernant la violation manifeste de la loi par la mairesse de la capitale, Lalao Ravalomanana et consorts.

Manipulation politique

« Le terrain d’Andohatapenaka suscite des polémiques puisqu’il s’agit, avant tout, d’un conflit d’intérêts entre la société Tiko, l’ancien président Marc Ravalomanana et le régime. Le conseil municipal a été contraint de réexaminer le partenariat alors que les conseillers municipaux n’ont pas à leur disposition les pièces nécessaires attestant que la société Tiko a la propriété du terrain », a martelé Lalatiana Ravololomanana. D’après cette dernière, la manipulation politique derrière l’affaire du terrain d’Andohatapenaka est manifeste. « Après la défaite de la CUA devant le tribunal administratif, affirmant l’illégalité de la fameuse délibération, la logique des choses veut qu’elle devrait contester le jugement devant le Conseil d’Etat. Mais l’exécutif préfère renvoyer l’affaire au conseil municipal en sachant qu’il est facile d’obtenir le feu vert du conseil, dominé par les élus du TIM, et manipulé politiquement afin de miser sur la présidentielle de 2018», a-t-elle ajouté. En effet, le couple Ravalomanana veut non seulement récupérer le terrain, mais également et surtout de bloquer le projet présidentiel de construction de gare routière sur ladite parcelle. Tout compte fait, le calcul politique et l’intérêt particulier priment sur l’intérêt des Tananariviens. Ainsi, alors que la population et le pays se trouvent dans un état de sinistre national après le passage du cyclone Enawo, le couple Ravalomanana préfère voyager à l’étranger. Sur les réseaux sociaux, la propagande politique est en marche à travers la publication de photos sur une rencontre entre la mairesse et les autorités à Danemark. Pourtant, l’impact de ces rencontres et de la valse d’ambassadeurs à l’Hôtel de ville n’est encore ressenti jusqu’ici.

J.Harisoa

Les conseillers issus de l’opposition, dont Lalatiana Rakotondrazafy, Lalatiana Ravololomanana ainsi que Nicole Véronique Rajerison ont remis des dons aux sinistrés samedi dernier à l’EPP d’Anosipatrana. Notons qu’après les dernières intempéries, le parti Freedom a lancé un appel à la solidarité pour venir en aide aux sinistrés de la capitale et ses environs. Ceci en signe de communion avec les victimes de cette catastrophe naturelle.

Les commentaires sont fermées.