Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : la mobilisation à Madagascar (1)

Les colons membres du «Comité consultatif pour l’étude des questions économiques concernant la Colonie», mis au courant des dispositions qui doivent être prises relativement à la mobilisation générale des classes 1889 à 1899, indépendamment de celles de 1900 à 1917 qui doivent être rapatriées en totalité, se sont émus des graves conséquences économiques et politiques que cette mesure entraînerait.

Il ne faut pas perdre de vue que, à Madagascar, nous nous trouvons dans des conditions autres que dans la Métropole. Rappelons que, au point de vue politique, nous ne sommes à Madagascar, occupé depuis vingt et un ans seulement, qu’une poignée de Français au milieu d’une importante population indigène et que chaque colon, dans la brousse, est un représentant de la France et un facteur non négligeable au maintien de l’ordre. La mobilisation des derniers éléments subsistants entraînerait leur remplacement par des étrangers, neutres pour la plupart, dont certains, ainsi que des événements récents viennent de le démontrer, peuvent être d’un loyalisme sujet à caution et constituer des germes de troubles dans les circonstances actuelles.

En France, des retraités, des vieillards, des femmes peuvent encore, pour une période réduite, rendre d’utiles et réels services comme remplaçants provisoires ; beaucoup de mobilisés trouvent ainsi dans certains membres de leur famille une assistance précieuse. Il n’en va pas de même ici dans une colonie toute récente encore : les Français de Madagascar appartiennent, pour la plupart, aux jeunes classes et sont, par conséquent, presque tous mobilisables. Ils sont 4 673 âgés de 20 ans à 39 ans, sur un total de 7 123 hommes de 16 à 60 ans et au-dessus. Pour la généralité, ils sont venus dans la Colonie sans famille. Ce sont, à ce point de vue, des isolés et personne après leur départ ne peut veiller que leurs entreprises.

Or, d’après les déclarations faites par M. Albert Favre à la Chambre des Députés, par rapport à la totalité de sa population, la France a levé un homme sur six. Les statistiques font ressortir que, à Madagascar, on a levé la même quotité, puisque au 15 mars prochain, 2 235 hommes seront mobilisés.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 




Les commentaires sont fermées.