Flash
Préc Suiv

HCDDED : Anaclet Imbiki persona non grata!

Bien que le dernier membre composant le  Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’Etat de droit (HCDDED), Imbiki Anaclet, ait été élu le 27 janvier dernier, cette institution peine à se mettre en place. Et encore, il semblerait même que la présidence de la République agit de manière à faire annuler cette dernière élection.

Une demande d’avis auprès du Conseil d’Etat aurait été déposée par le chef du gouvernement à la demande du chef de l’Etat, il y a de cela quelques semaines concernant les modalités des élections du  27 janvier dernier. Il est alors question de vérifier la régularité ou non de l’élection. Mais une personne en particulier, Imbiki Anaclet semble être visée par cette action du gouvernement.

L’élection du 27 janvier concerne le représentant  de la Commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH) pour siéger auprès du Haut conseil pour la défense des droits de l’homme et de la démocratie. Parmi les candidats figurent l’ancien ministre de la Justice, Anaclet Imbiki, qui est sorti vainqueur avec 8 voix sur 9. L’autre candidate, Huguette Ramamonjisoa n’a obtenu qu’une voix.

Indésirable !

Anaclet Imbiki ne serait-il pas le bienvenu au sein de ce Haut conseil ? Apparemment, plus d’un soupçonne des manigances dans le dessein d’annuler cette élection du 27 janvier. Des bruits courent d’ailleurs selon lesquels des proches du chef de l’Etat, dont un ancien membre du Conseil d’Etat, multiplieraient les pressions pour arriver à leurs fins.

Crédibilité

Questionné sur le sujet, le principal concerné a indiqué que « Les dossiers de candidature de la CNIDH ont effectivement été vérifiés ». Une procédure qui n’a pas été effectuée pour les autres entités. Imbiki Anaclet explique alors que les procès-verbaux des élections ont été envoyés auprès de la présidence de la République le 2 février dernier, mais aucun décret n’a encore été promulgué à ce sujet. Une autre piste est également envisagée selon laquelle un membre du HCDDED pourrait également se retrouver au sein de la Haute cour de Justice (HCJ), une institution stratégique pour l’Etat.

Notons que le HCDDED est composé de 9 membres issus de la Cour suprême, du président de la République, du Sénat, de l’Assemblée nationale, de l’ordre des avocats et des journalistes, de la HCC, de la CNIDH et des organisations et associations légalement constituées œuvrant pour la démocratie et l’Etat de droit.

A l’allure où vont les choses, la crédibilité du HCDDED laisse poser des questions. Alors que les organisateurs sont encore au stade des élections que certains essaient déjà d’outrepasser les lois en vigueur. Le HCDDED est régi par la loi n°2015-001 du 2 février 2015.

Tahina Navalona

 




Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique