Flash
Préc Suiv

Projet Tafita : la Feffi fait ses preuves

Projet Tafita  : la Feffi fait ses preuves

Relever le niveau du système éducatif demeure un défi. Dans ce contexte, le Projet d’appui à la gestion participative et décentralisée de l’école (TaFita) a été mis en place afin d’accompagner le ministère de l’Education nationale (Men) dans la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie de gestion de l’école, basée sur la participation des communautés et des collectivités territoriales.

Pour une durée de quatre ans, de 2016 à 2020, TaFita a focalisé ses interventions depuis juin 2016 dans la Cisco pilote d’Avaradrano, avec l’appui des techniciens du Men, des services déconcentrés et des experts de l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica).

L’atelier du partage des expériences du projet a été réalisé, le 21 février dernier, en présentant ses avancées significatives et orienter stratégiquement les interventions pour les six prochains mois. Le projet cible par la suite l’ensemble des Cisco d’Analamanga et Amoron’i Mania, a expliqué Irrish Parker Ramahazosoa, directeur de l’éducation fondamentale du Men.

Pendant ces neuf premiers mois, le Projet s’est investi dans l’opérationnalisation de la Feffi (Farimbon’ezaka ho fahombiazan’ny fanabeazana eny ifotony – comité de gestion de l’école) et du Projet d’établissement contractualisé (PEC), permettant de répondre adéquatement aux réalités du terrain.

Amélioration de la qualité de l’éducation

La stratégie de TaFita est de conscientiser les acteurs éducatifs locaux en vue de renforcer leur appropriation de la gestion scolaire tant sur le plan administratif et financier que pédagogique. Sur cette base, les EPP d’Avaradrano ont pu mettre en place de manière démocratique et effective leurs bureaux Feffi. Aussi, 100% des 172 écoles cibles ont décidé d’augmenter le temps d’apprentissage des élèves à travers une organisation des études supplémentaires.

L’EPP Morarano Idilana, Talata Volonondry, a expérimenté un modèle d’activités pour l’amélioration en écriture et lecture en langue malgache, grâce à des cours supplémentaires gratuits. « Nous avons initié ces cours avec des facilitateurs pour aider les élèves à améliorer leur niveau et cela a fait ses preuves », nous a confié la directrice Noëline Rasoazanamanga. « Notre prochain projet est d’embellir nos salles de classe qui sont assez vétustes », a-t-elle ajouté. Pareillement pour l’EPP d’Ambohimarina Ouest qui a également adopté une activité similaire pour l’amélioration de l’apprentissage des mathématiques.

Au terme de ces expérimentations, TaFita espère pouvoir diffuser progressivement ses activités axées sur la qualité dans toutes les écoles des Cisco et régions cibles.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.