Flash
Préc Suiv

Ruées et ruades

La course aux sièges reste toujours ouverte pour les intéressés, principalement les politiciens en quête de pouvoir après des périodes de traversée du désert qu’ils ne supportent généralement pas.

Mais, attirés par l’appât du pouvoir, les concurrents ne respectent plus les règles du jeu. Tous les moyens sont bons et la fin justifie les moyens. La course au pouvoir  devient une ruée agrémentée de ruades où les honnêtes gens se basant sur l’intégrité sont assurés de perdre. Fins psychologues comme il se doit, les tenants du pouvoir calculent bien leur coup en laissant miroiter l’espoir d’une ascension politique miraculeuse pour les avides de pouvoir obligés d’user leur force pour perdre peu à peu leur crédibilité en tentant de s’y hisser. Remaniement, changement de gouvernement ou autres nominations à des postes dans le giron du pouvoir sont véhiculés pour tenir en laisse ceux qui s’essaient à l’opposition. Le suspens résultant de l’opération constitue un sursis non négligeable pour les gouvernants puisque ceux qui aspirent aux nominations doivent montrer une docilité à toute épreuve pour espérer être retenus dans la sélection qui n’aura jamais lieu en fait. De là, les ruées médiatiques pour se faire remarquer et les ruades dans les médias pour écarter les collègues devenus des adversaires potentiels à l’occasion.

Les débats médiatiques ne sont ainsi que des ruées et des ruades entre des chasseurs de « sièges ».

Manou

 

Les commentaires sont fermées.