Flash
Préc Suiv

Procès d’intention ! : Lylison condamné a un an de prison ferme

Le verdict est tombé hier de manière inattendue, le sénateur Lylison est condamné par contumace à un an de prison ferme.

Loin d’un jugement de Salomon, il s’agit plutôt d’un procès d’intention au Sénateur Lylison. Pour un verdict surprise, c’en est un. En fait, personne n’était au courant de la tenue du procès. C’est pourquoi, il n’y a pas eu d’avocat pour défendre le Sénateur Lylison, ni de famille pour le soutenir, encore moins la présence des membres de son parti (Mapar).  Condamné par contumace, le sénateur Lylison René de Roland écope d’une peine d’un an de prison ferme. Et un mandat d’arrêt est déjà lancé contre lui. « Le procès s’est déroulé le 7 février dernier et le verdict est sorti ce jour (ndlr hier) », a indiqué une source auprès du tribunal.

Joint au téléphone, son avocat, Me Razafimahefa, est également surpris de cette décision. « Je ne peux pas m’exprimer clairement sur l’affaire car je ne suis pas encore en possession du dossier », a-t-il fait savoir. « Normalement, le dossier devrait encore se trouver au niveau de la police, mais apparemment le tribunal s’en est déjà saisi », poursuit-il. Il attend ainsi la notification du tribunal pour être fixé sur le verdict.

Du côté du Mapar, c’est également la stupéfaction totale. Personne ne s’y attendait. « Nous avons été informés de la nouvelle, mais nous ne ferons pas de déclaration dans l’immédiat », a indiqué le porte-parole du Mapar, Pierre Holder, joint au téléphone hier. Pour sa part, la députée Christine Razanamahasoa était en déplacement à Fianarantsoa et n’a pas été informée de la situation. Dans tous les cas, elle se dit également surprise de cette décision qui semble être floue.

Toujours introuvable

Le sénateur Lylison est resté introuvable depuis le mois de juin dernier suite à un mandat d’arrêt contre lui pour appel à une journée ville morte, trouble à l’ordre public et atteinte à la sûreté de l’Etat. C’est sur ces mêmes chefs d’inculpation que le verdict d’hier a été rendu. Trois autres inculpés écopent également de la même peine.

Les réactions du Mapar restent ainsi très attendues dans les prochains jours, d’autant que son leader est actuellement au pays. D’autre part, la Haute cour constitutionnelle (HCC) semble ne plus avoir besoin de donner son avis sur la déchéance ou non du sénateur Mapar. En effet, le président du Sénat, Honoré Rakotomanana, a déposé une lettre auprès de la HCC demandant l’application de l’article 8 du règlement intérieur du Sénat sur la déchéance d’un sénateur en cas d’absence fréquente injustifiée. Néanmoins, la décision du tribunal confirme que le sénateur ne bénéficie plus de son immunité parlementaire.

Tahina Navalona

 




Vous devez être connecté pour poster un commentaire Se connecter