Flash
Préc Suiv
Logo Free News

INFLATION : L’Etat se moque une fois de plus de la population

INFLATION : L’Etat se moque une fois de plus de la population

Les soi-disant efforts de l’Etat pour éviter la hausse des prix ne sont pas ressentis par la population.

Le gouvernement se ridiculise encore une fois. Le Premier ministre, Mahafaly Solonandrasana Olivier affirme avoir fait des efforts pour éviter la hausse générale des prix au niveau du marché local.      

« L’Etat a fait des efforts pour le contrôle économique des prix sur le marché notamment ceux des produits de première nécessité (PPN) », a indiqué le chef du gouvernement. D’après toujours ses explications, des opérateurs spéculent en constituant des stocks pour les revendre à des prix plus chers. Ce que le Premier ministre qualifie de sabotage économique. D’après les révélations du numéro deux de l’exécutif, une descente a été même effectuée   à Fort dauphin suite aux doléances des consommateurs locaux sur la spéculation des opérateurs. Mais quoi qu’il en soit, l’échec du gouvernement dans le contrôle des prix est flagrant. Par ailleurs, le ministère du Commerce ne cesse d’apparaître sur les medias pour évoquer le contrôle économique effectué par les commissaires de commerce à travers la Grande île. Mais cela n’a pas empêché la hausse continue des PPN notamment le riz. « Le gouvernement va désormais prendre des mesures sévères », a rassuré le Premier ministre. Concernant le prix à la pompe, selon ce dernier, l’application de la vérité des prix sera suspendue durant un certain temps vu que beaucoup de secteurs en dépendent comme le transport public. Là encore, c’est clair : l’Etat est habitué à la navigation à vue. Si une telle solution est concevable afin d’éviter la hausse des prix, pourquoi ne pas l’avoir décidé un peu plutôt ?

Calculs politiques

Pour le RNDC, à travers son président national, Lita Rabetsara, il est temps que la population se fasse entendre auprès de l’Etat. « L’Etat est indifférent par rapport aux maux de la population puisque cette dernière préfère toujours se taire », a expliqué notre interlocuteur. D’après ses explications, ce sont les calculs politiques qui motivent surtout les dirigeants. « Pourquoi ne pas réhabiliter les routes qui mènent vers les régions productrices de riz pour faciliter le ravitaillement ? », s’est-il demandé. Lui d’ajouter que les prix vont encore monter en flèche sans la prise de responsabilité de l’Etat. Il en est de même pour le prix à la pompe si l’Etat ne songe pas à la limitation du prix. Ce dernier   regrette également que les recettes issues des impôts ne sont pas utilisées à bon escient par les dirigeants.

J.Raharisoa

Les commentaires sont fermées.