Flash
Préc Suiv
Logo Free News

AMENDEMENTS AU CODE MINIER : Le sort de la majorité à prioriser, selon le collectif Tany

AMENDEMENTS AU CODE MINIER : Le sort de la majorité à prioriser, selon le collectif Tany

La population doit bénéficier des ressources minières de son pays.

A l’approche d’un débat autour des amendements à apporter au code minier, le collectif Tany, une association qui œuvre pour la défense des terres malgaches, a tenu à faire savoir son intention d’y participer. Déjà, dans un communiqué publié hier, le collectif donne ses suggestions qu’il espère devant être considérées afin que le code minier vise à améliorer le sort de la majorité de la population malgache.

En premier, ce collectif estime que la majorité de la population malgache doit être le principal bénéficiaire des ressources minières. En effet, l’exploitation des ressources minières doit être destinée à permettre le développement économique de la population malgache, selon les différents textes sur la politique minière. La population qui devrait tirer profit de ces ressources minières doit être la majorité des habitants, incluant d’abord les communautés vivant dans les zones de gisements miniers ou dans les zones riveraines.

Le deuxième axe sur lequel porte la suggestion de ce collectif Tany concerne les droits humains des occupants du sol. Les manifestations d’opposition des communautés locales à des projets miniers montrent, en effet, que très souvent les autorités centrales décident de l’attribution de permis minier, en informent les autorités locales sans s’enquérir de l’avis légitime des populations. Cette manière de procéder devra être bannie, souligne le collectif qui poursuit que la consultation du public devra être explicitement mentionnée dans le Code minier et réalisée en amont par rapport aux pratiques actuelles. Dans tous les cas, le principe selon lequel tous les produits du sous-sol appartiennent à l’Etat ainsi que les modalités de consultation du public devront être revus et leurs conséquences remises en question.

Un génocide ?

En dernier et non des moindres, le collectif Tany souligne qu’il faut stopper la stratégie de remplacement des familles malgaches par des ressortissants d’autres pays.

Le collectif Tany a tiré la sonnette d’alarme depuis des années sur la tendance des dirigeants successifs à expulser de leurs terres des familles malgaches. La combinaison de cette tendance à expulser, sans compensation ni scrupule, avec les  tentatives répétées des dirigeants actuels d’enfreindre un tabou malgache sur la vente de terrains et au projet d’attribution de titres fonciers aux étrangers, justifie les craintes des auteurs qui soupçonnent les décideurs de vouloir « remplacer » la population malgache vulnérable par des citoyens venant d’autres pays. Le collectif s’interroge ainsi si un tel phénomène ne risque pas de se rapprocher d’un crime contre l’humanité ou d’un génocide.

Le succès des gouvernants dans la capacité de développer le pays se mesurera par leurs capacités d’améliorer le sort de la majorité de la population malgache, et non par leur réussite dans le remplacement des familles malgaches défavorisées par de nouveaux habitants venant de l’extérieur ou par leur contribution à l’augmentation des bénéfices des investisseurs, précise ce collectif en guise de conclusion.

                                                                                                               N.Randria

Les commentaires sont fermées.