Flash
Préc Suiv
Logo Free News

CUA VS M2PATE

CUA VS M2PATE

Le bras de fer continue, l’heure est au déballage

   

 

 

L’incompétence doublée d’animosité qui règne au niveau de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et du ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels (M2pate) ainsi que les partisans du régime actuel en général, ne peut que se résoudre en un bras de fer interminable entre eux.

 

Jour après jour, depuis quelques temps, la CUA et le M2Pate se livrent dans des attaques par voie de presse interposée. Chacune des deux parties cherche à se laver de toutes responsabilités dans des affaires foncières louches. C’est le cas, entre autres des terrains situés à Antaninarenina et à Antanimbarinandriana. Pas plus tard qu’hier, Eddison Razafitsihoarana, directeur de l’Aménagement de la ville et du développement auprès de la CUA a dévoilé une information qui ne peut qu’être accablante pour la M2pate concernant notamment le terrain dit Florida à Antaninarenina.

Pour répondre au secrétaire général dudit ministère, Gérard Manohintsoa qui avait confirmé la semaine dernière en marge d’un événement qui s’est déroulé au Carlton à Anosy que le terrain dit Florida « ne peut être touché » parce qu’il s’agit d’une « zone boisée », le technicien a répondu que le ministère a dissimulé une bonne partie de l’information dans cette affaire. « Avant la délivrance de l’alignement, nous devons nous procurer de la prescription d’urbanisme auprès du service régional du territoire, conformément au plan d’urbanisme 20014 », explique-t-il.

Cette prescription N°005 M2PATE/SGDGATE/STRAT/AL17 en date du 9 janvier 2017 qu’il a présentée aux journalistes en guise de preuve indique que le terrain dit Florida est bel et bien une zone boisée, comme le numéro 2 du M2pate l’a dit. Mais à cette information s’ajoute « surface bâtie comprenant et surface de construction existante et celle du projet ne doit pas dépasser 30% de celle du terrain nu. Zone : zone imperméable à la pluie ne doit pas dépasser 50% de celle du terrain. Hauteur maximale : H=R+1 ». Autrement dit, selon les explications d’Eddison Razafitsihoarana, le terrain est constructible.

Après avoir construit une clôture légère sur le terrain, le propriétaire de ce terrain sis à Antaninarenina a dû régulariser sa situation auprès de la CUA et a déposé une demande de construction le 4 janvier 2017. Selon les informations reçues, ce terrain a été vendu par la commune urbaine d’Antananarivo à un particulier, après délibération du conseil municipal, en avril 1999. Le M2pate, quant à lui, a délivré le titre de ce terrain le 29 décembre 2016. Un courrier émanant du ministre en date du 13 janvier aurait par la suite envoyé au propriétaire que le terrain n’est pas constructible parce qu’il s’agit d’une zone boisée. Et il ne manque plus que cela pour que les deux parties se lancent dans un véritable bras de fer.

A cause de cette intervention du ministre en personne et des autres problèmes ayant abouti à l’arrêt de la construction sur ce terrain, mettant notamment en cause la compétence et la notoriété de la mairie d’Antananarivo, le conseil municipal aurait décidé d’annuler la délibération du conseil en avril 1999 octroyant le terrain à Marie Sophie. Sur ce, il a porté l’affaire auprès du tribunal administratif, selon les informations communiquées par le directeur de l’aménagement de la ville et du développement auprès de la CUA.

La Rédaction

Antanimbarinandriana, un autre conflit

La commune urbaine d’Antananarivo aurait effectué une descente au jardin d’Antinimbarinandriana afin de constater de visu le déroulement d’une construction entrant dans le cadre d’un projet présidentiel sur les lieux. Après investigations, l’équipe de la CUA aurait découvert que les travaux sont illicites parce qu’ils n’ont aucune autorisation. Dans la soirée même de cette descente, le ministère en charge des projets présidentiels (M2pate) aurait sorti un arrêté N°009-M2PATE/SG/DGA/STRATA/PR.17 autorisant la réalisation des travaux pour une durée de 12 mois. La CUA s’insurge en effet et rappelle à l’ordre le M2pate, lors de la conférence de presse donnée par son directeur de l’aménagement de la ville et du développement que le terrain appartient bel et bien à la CUA et que toute initiative de modifier le plan d’urbanisme, comme c’est le cas évoqué dans le cadre de la réalisation de ce projet, doit passer par la consultation du conseil communal. Face à cette situation, la CUA annonce qu’elle va également saisir le tribunal administratif.

 

La CUA récupère les biens publics

 

 

Récemment, à l’issue d’une session extraordinaire, la CUA a fait savoir qu’elle allait récupérer une bonne partie de biens publics, aujourd’hui gérés ou acquis par des particuliers. Il a été décidé d’annuler, entre autres, les actes et délibérations concernant l’acquisition par la société Jovenna du domaine d’Antanimbarinandriana. En effet, durant la Transition en 2009, le PDS ainsi que le Conseil Municipal à l’époque déléguaient le pouvoir aux particuliers ou aux opérateurs économiques pour gérer la propriété d’Antanimbarinandriana appartenant à la Commune. A travers la délibération N°16/CUA/CM/DELIB09 et celle de 2012 N°009BIS, le PDS a signé le 12 juin 2012 un contrat de bail avec Jovenna pour une superficie de 50a. Avec un avenant, Jovenna a bénéficié de 3000 m² de plus, soit toute la superficie d’Antanimbarinandriana. Pour la CUA, la raison de cette annulation est simple, c’est un domaine public.

Les commentaires sont fermées.