Flash
Préc Suiv
Logo Free News

TRANSPORT URBAIN

TRANSPORT URBAIN

 La hausse des frais appliquée à partir du  1er février

 

Les transporteurs sont décidés. Lors d’une conférence de presse donnée dans la capitale hier, ceux qui se regroupent au sein de l’Union des coopératives de Transport urbain (UCTU) ont annoncé la  hausse des frais de transport de 400 à 500 ariary à partir du 1er février 2017. Ils avancent l’idée d’un coût insupportable du prix du carburant et expliquent cette hausse par le refus de l’Etat de procéder aux subventions des transporteurs, comme les  partenaires techniques et financiers (PTF), à l’instar du Fonds  monétaire international (FMI) l’ont exigé.

L’heure est grave pour les usagers des transporteurs urbains et suburbains. En plus de la hausse du coût de la vie au quotidien, à cause notamment de l’incapacité des dirigeants à maîtriser l’inflation, les consommateurs devront une fois de plus en payer les frais, avec cette hausse des frais de transport urbain.  Les porte-monnaie de la majorité vont certainement explosés à cause de cette décision des transporteurs, et l’on n’attendra plus que cela n’affecte la situation sociale.

La réalité est que le coût de la vie est déjà presque insupportable pour la  plupart des citoyens. Les prix des produits de première nécessité ont surtout connu une hausse vertigineuse ces derniers temps. Depuis décembre, le prix du kilo du riz n’a pas non plus cessé de grimper. Il en est de même pour les légumes qui, à cause de la sécheresse affectant principalement la capitale et ses environs, se font rares et  connaissent également une fluctuation des prix sans précédente.

Les fonctionnaires qui bénéficieront à partir du mois de février une hausse de salaire de 7% peuvent être considérés hors de tous les problèmes. Mais la réalité est que cette hausse ne leur servira pas à grand-chose vu que le taux d’inflation est encore supérieur à cette hausse des salaires, puisqu’il est de l’ordre de 7,1% sur le papier.

La Rédaction

Les commentaires sont fermées.