Flash
Préc Suiv

Addis-Abeba : un Sommet aux enjeux multiples

Addis-Abeba  : un Sommet aux enjeux multiples

Le vingt-huitième rendez-vous annuel de l’Union africaine qui a entamé hier sa deuxième étape, sera sans aucun doute un rendez-vous particulier. Et pour cause, les participants auront à traiter plusieurs dossiers « chauds ».

Un rendez-vous crucial. C’est le qualificatif donné par la majorité des participants à ce Sommet de l’Union africaine qui bat son plein actuellement à son siège à Addis-Abeba. Les enjeux sont en effet multiples et les Chefs d’Etat et de gouvernement ainsi que les ministres des Affaires étrangères auront du pain sur la planche pour statuer sur certains sujets qui semblent a priori délicats.

Le retour du Maroc au niveau de l’Organisation continentale, la réforme de cette institution qui sera conduite par le président rwandais Paul Kagame, l’élection du nouveau président de la commission, les commissaires ou encore la concrétisation d’une zone de libre-échange  continentale. Autant de sujets auxquels les pays africains devront trouver un consensus  dans les jours à venir.

Réforme

Sur le plan de l’organisation, le Sommet a débuté le dimanche dernier avec la 33e session du Comité des représentants permanents de l’UA. Des ambassadeurs et des techniciens auprès du ministère des Affaires étrangères étaient présents à ce rendez-vous. Pour le cas de Madagascar, c’est le Directeur en charge de l’intégration régionale Alice N’Diaye et le chargé d’Affaires en Ethiopie qui a représenté la Grande île. La réunion du Comité Exécutif verra la présence de la Chef de la diplomatie malgache Béatrice Atallah. Ces réunions visent à préparer  les dossiers à soumettre à l’ordre du jour du Sommet des chefs d’État prévu se tenir à partir de samedi prochain.

Si l’on en croit les diplomates du continent, les sujets les plus importants concernent d’abord la réforme de l’Organisation continentale. Le dossier qui se trouve entre les mains du président rwandais Paul Kagamé, épaulé par l’ancien président de la Banque africaine de développement (BAD) Donald Kaberuka et l’ancien secrétaire exécutif de la Commission économique de l’ONU pour l’Afrique, Carlos Lopes. La réforme a pour objectif de redynamiser l’organisation panafricaine et de s’imposer aussi bien au niveau continental qu’international.

Jao Patricius

Sécurité renforcée 

Pour accueillir un tel Sommet, la sécurisation reste toujours un casse-tête permanent. Et même à Addis-Abeba, les dirigeants sont habitués à abriter un rendez-vous pareil au moins deux fois par an. Ainsi, la sécurisation du Sommet de l’Union africaine a vu la mobilisation massive des forces de sécurité du pays. De l’aéroport au siège de l’Union africaine, en passant par les sites stratégiques (hôtels, représentations diplomatiques …), la présence  des hommes en treillis a marqué les esprits. Dès la sortie du tarmac de l’aéroport en passant par les services en charge d’examiner les entrées et sorties du territoire, les « visiteurs » sont scrutés à la loupe. « L’Ethiopie est très à cheval sur ce qui est renseignement. C’est pour cette raison qu’il figure parmi les rares pays à ne pas connaître des attaques terroristes », confie un employé à l’ambassade malgache locale.

 

Les commentaires sont fermées.