Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : sursis et incorporations

Télégramme officiel n° 9-GS.

Gouverneur Général (Cabinet militaire) à toutes circonscriptions.

En vue d’apporter défense nationale contribution maxima afin que effort fourni par Colonie soit en rapport avec celui exigé dans Métropole, dispositions suivantes ont été arrêtées suivant instructions Département :

1° Sursis d’appel des hommes classes 1917 à 1900 inclus seront dorénavant accordés par décision du Ministre Guerre et limités aux exceptions motivées par nécessité défense nationale. Sauf ces exceptions tous hommes ces classes appartenant service armée seront rapatriés.

2° Sursis classes plus anciennes continuent être accordés par Gouverneur Général pour raisons économiques. Pour remplacer tous militaires de carrière et hommes classés plus jeunes tous mobilisables service armé des classes 1899 à 1889 inclus qui ne seront pas mis en sursis seront appelés.

3° Hommes de toutes classes appartenant aux services auxiliaires seront incorporés seulement dans limites besoins. En conséquence de ces instructions : A. – Par mesure transitoire pour permettre intéressés pourvoir leur remplacement par homme non mobilisables ou auxiliaires ou appartenant classes anciennes sursis actuels qui expiraient premier février 1917 ne pourront être prolongés au-delà du 15 mars. B. – Mobilisables des classes 1894 et 1893 seront appelés le premier février. C. – Mobilisables classes 1899 à 1888 inclus seront appelés à partir du 15 mars. Pour toutes catégories, demandes sursis seront faites et transmises sous forme ordinaire. D. – Commission spéciale réforme révisera dans le courant du premier trimestre 1917 auxiliaires réformés temporaires appartenant toutes classes mobilisées dans Métropole. Instructions de détail suivront incessamment.

Nouvelles de Sainte-Marie de Madagascar

29 décembre 1916.

Girofles. – Enfin, plus de clous de girofle à récolter pour cette année et les dernières ventes ont obtenu 2 fr. 50 le kilo.

Cyclone. – Dans la nuit du 25 au 26 décembre, nous avons eu la queue d’un cyclone venant du sud, qui a duré jusque dans la matinée du mardi 26.

Grâce à Dieu les plantations et les girofliers n’ont pas beaucoup souffert, si ce n’est seulement les mangues qui jonchent le sol. Nous en avons été quittes pour quelques heures de frayeur.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.