Flash
Préc Suiv

Antsakaviro : policiers et gendarmes ont failli s’entretuer

La vieille rivalité entre policiers et gendarmes a de nouveau été réveillée par une histoire de papiers de moto et de carte nationale d’identité. La tension a en effet atteint son summum dans la nuit de lundi à mardi dans le quartier d’Antsakaviro où des policiers des Forces d’intervention de la police (Fip) ont effectué un contrôle de routine.

Cette nuit-là aux environs de 1 h, un gendarme de deuxième classe en tenue civile, poussant une moto, est passé au point de contrôle. Mal lui en avait pris car lors de l’inspection des policiers, il n’a pu présenter aucun papier d’identité. De plus, son deux-roues n’avait non plus de papiers, obligeant ainsi les policiers à lui interdire de poursuivre sa route. Il a beau essayé de décliner son identité et son statut de militaire mais les policiers ne l’ont pas encore laissé partir. «A 1h du matin, il nous était difficile de vérifier s’il était vraiment un gendarme ou non», a précisé une source policière.

Entre-temps, le gendarme a appelé sa mère qui a informé à son tour la caserne des Forces d’intervention de la gendarmerie nationale (FIGN). Peu de temps après, un officier de la gendarmerie des FIGN avec des éléments armés ont débarqué à Antsakaviro. Le ton est monté d’un cran mais après un long moment de négociations, la raison a fini par prendre le dessus et tout est revenu dans l’ordre. Tout est bien qui finit bien.

Mparany

 

Les commentaires sont fermées.