Flash
Préc Suiv

Attentes déçues

Deux ans après les attentats de Charlie Hebdo,  « Je suis Charlie », à travers le temps et l’espace a été repris et articulé autrement selon le contexte, tout en véhiculant  ce message universel contre la terreur, la pauvreté et l’oppression en tout genre. Sur la liste, il y a « Je suis Paris » puis « Je suis Berlin » et bien d’autres encore, à Madagascar on a « Je suis libre ». Et comme le « Kere » et la sécheresse menacent sérieusement le Sud  de la Grande île cette année, on pourrait s’attendre à  « Je suis le Grand Sud de Mada ». En attendant, l’inflation flambe, le délestage assassine et le régime projette de signer un deuxième mandat.

L’Etat dit faire de son mieux pour sortir le pays de l’ornière, mais cela ne reste que de beaux discours. La société civile ne cesse d’attirer l’attention sur telle ou telle situation, mais apparemment aucune de leur interpellation n’arrive aux oreilles des destinataires. Même la population ne semble pas à l’écoute et se résigner sur son sort. D’après l’opinion publique, les Malgaches préfèrent subir au lieu de vivre une nouvelle crise qui risquerait de faire tomber le pays dans un troisième dessous. On a l’impression que les Malgaches sont insensibles au message de la société civile ou aux opinions des partis politiques. Mais à vrai dire, ils commencent  vraiment à s’en foutre de la vie politique, pour la simple raison que leur attente semble interminable malgré leur cri de détresse.

L’année commence et les priorités sont à définir. Si certains aspirent à bonheur et prospérité, d’autres voient plus grand, et d’autres plus loin encore. 2017 commence à peine que beaucoup se projette déjà en 2019. A voir l’engouement de chacun, on dirait que la présidentielle n’est plus loin. Pour les politiciens, cette année est déjà décisive. C’est la dernière ligne droite à négocier avec allure et assurance. Et dès maintenant tous les moyens sont bons pour se singulariser et affûter en même temps les armes. Sous cet angle, la présidentielle s’annonce explosive.

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.