Flash
Préc Suiv

Culture d’intersaison : l’orge, un investissement sûr

Culture d’intersaison  : l’orge,  un investissement sûr

Bon nombre de riziculteurs, notamment des Hautes terres, pratiquent la culture d’intersaison. Non seulement pour augmenter les revenus familiaux, mais surtout pour améliorer la composition du sol grâce à la rotation des cultures. Selon un riziculteur, Zoto Randrianasolo, du côté de Betafo, de la région Vakinankaratra, la production de l’orge est un investissement sûr.

D’après lui, trois points l’ont convaincu à cultiver de l’orge. Le premier est le prix du kilo, dans les 720 ariary, ce qui est plus intéressant que les autres cultures de contre-saison comme la pomme de terre ou le haricot, si le deuxième concerne la production. « Sur une surface de 45 ares seulement, j’arrive à obtenir environ 3 tonnes d’orges. Un peu plus cette année car la récolte a été bonne », a-t-il témoigné.

Quant au troisième point, il s’agit de la plus ou moins stabilité des prix ainsi que la garantie de débouchés sur le marché, grâce à la présence d’une société productrice de bière dans la région. « La culture de l’orge m’a permis

d’élever correctement mes enfants », a-t-il souligné. Et cela fait dix ans qu’il s’est lancé dans ce genre de culture de contre-saison dans ses rizières.

Dans la région du Vakinankaratra, après la moisson du riz au mois de mars, on cultive l’orge en mai et la moisson se réalise vers la fin du mois d’août ou début septembre au plus tard. On revient après à la culture du riz au mois de novembre.

Sera R

 

Les commentaires sont fermées.