Flash
Préc Suiv

CGM : Saravy transcende le Beko

CGM  : Saravy transcende le Beko

Une voix atypique du Grand sud, le groupe Saravy s’est découvert aux mélomanes samedi dernier au Cercle germano-malagasy (CGM) Analakely.

Avec un seul et unique instrument… la voix. Le Groupe Saravy perfectionne son style dans l’a cappella et notamment le Beko, le genre musical par excellence chez les Antandroy. « Saravy, du dialecte Antandroy, qui signifie littéralement porter sur les épaules les vêtements traditionnels, est un trio a cappella de l’extrême sud de Madagascar », a fait savoir Moravelo Gilberto.

« Le groupe s’est formé en 2004, mais ce n’est que deux ans plus tard que nous avons fait immersion dans le circuit musical. Dans la foulée, nous avons été sollicités à l’île  Mayotte en 2007 pour le festival Milatsika », se remémore Tehatafita Jerico, qui n’est autre que le neveu de l’illustre Senge. En stand-by depuis 2009, le groupe a repris les choses là ou il l’a laissé avec ce retour sous les feux des projecteurs.

Au-delà de ces images lugubres qui ternissent la réputation du Grand sud, à cause notamment de l’insécurité grandissante qui y règne, le trio Saravy s’attelle à démontrer à travers sa musique que cette partie australe de l’île a encore de l’espoir.  « Notre mission principale est de porter, de protéger et de conserver fièrement la valeur culturelle Antandroy à travers nos chansons. Le Beko valorise l’harmonie vocale sans apport instrumental moderne, relatant l’histoire, la coutume et les normes sociales, qui forment un tout de notre identité personnelle et culturelle », conclut Valahery Stephan.

Joachin Michaël

Les commentaires sont fermées.