Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Tourisme : la vignette aux frontières attendra

Tourisme  : la vignette aux frontières attendra

La vignette touristique est destinée principalement aux actions de promotion de la destination Madagascar. Si en décembre dernier les professionnels du secteur ont annoncé l’application d’une vignette aux frontières à partir de janvier 2016, cela attendra finalement encore quelques mois.

Prévue être appliquée dès janvier 2016, la vignette aux frontières de 10 euros, imposée aux touristes non-résidents qui viennent à Madagascar attendra finalement l’adoption de la loi de Finances rectificative (LFR) 2016, selon une source proche du dossier, laquelle devrait normalement être présentée au niveau de l’Assemblée nationale et du Sénat durant la prochaine session ordinaire au mois de mai.

«Le cas de la vignette aux  frontières a été discuté lors de l’assemblée générale de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) au mois de février dernier. Le dossier a par la suite été remis au gouvernement et attend la décision des autorités étatiques», a fait savoir un responsable au niveau de l’ONTM, joint au téléphone hier.

Il était prévu au départ que la collecte de la vignette aux frontières sera effectuée directement par l’ONTM. Seulement, le ministère des Finances et du budget a indiqué que cette tâche incombe à la direction générale des Impôts. Une fois la taxe appliquée, 50% des recettes provenant des vignettes aux frontières iront à la trésorerie de l’ONTM, si l’autre moitié sera allouée aux offices régionaux du tourisme pour leur servir de budget de financement du développement du tourisme dans les régions respectives.

La collecte des vignettes auprès des hôtels pose problème

Par ailleurs, les vignettes touristiques imposées aux établissements hôteliers restent toujours en vigueur. Seulement, leur collecte pose problème vu que les hôteliers subtilisent une partie de l’argent payé par les touristes. En effet, le taux de recouvrement de la vignette touristique n’atteint que 40%, selon les chiffres avancés par l’ONTM. Or, les opérateurs hôteliers doivent verser mensuellement les vignettes collectées auprès du Trésor public, avant le 10 du mois, mais certains s’y soustraient.

Une étude menée par l’ONTM montre que certains hôteliers déclarent des taux d’occupation de moins de 5 à 7% pour justifier le non-paiement des vignettes. Pourtant, le budget de promotion du tourisme à Madagascar est constitué principalement par les vignettes touristiques.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.