Flash
Préc Suiv

De l’inconscience et de l’effroi

De l’inconscience et de l’effroi

« Comment distinguer le vrai du faux quand le faux peut prendre la place du vrai ? ». Une question philosophique pour classe terminale, diront certains, une interrogation légitime dans un monde de confusion pourraient tenter de dire d’autres. Dans les deux cas, ce questionnement sied bien à la réalité qui prévaut dans le pays, ces jours-ci. Il semble en effet qu’une partie de nos compatriotes, que ce soient des dirigeants, des acteurs politiques ou de simples citoyens, aient trouvé cette faculté de semer le trouble auprès de l’opinion. Une option choisie, non pas forcément pour une cause commune mais dans le dessein de créer des confusions simplement pour le plaisir de garnir un esprit tordu ou de trouver des avantages quelconques, quelque part.

A force de rester, sans le vouloir certes, dans l’obscurantisme durant plus de cinquante ans, certains n’hésitent pas à tout gober sans discernement lorsque des voix se font entendre à propos de tel ou tel sujet. Il est clair que les préceptes de Machiavel, adoptés des décennies auparavant par une classe dirigeante avide de pouvoir, se répercutent aujourd’hui sur le présent des citoyens désenchantés. Des personnes, censées être éclairées sont d’ailleurs tombées dans ce panneau. Au moindre bruit qui court, au moindre ragot, des faiseurs d’opinion de circonstances voient  le jour en tapant sur n’importe qui et n’importe comment. Voilà comment se définit la nouvelle génération d’« experts ». Pire, le déferlement des nouvelles technologiques n’arrange nullement les choses. Des informations erronées, des vérités altérées, des images détournées ou encore des commentaires, allant d’algarade en diffamation, sont légion. Un tableau pas très reluisant, en tout cas, pour une population en quête d’apaisement.

Pendant ce temps, par incompétence ou inadvertance, ceux qui sont censés apporter la lumière sur certains faits continuent de se cloîtrer en préférant se murer dans le silence. Oubliant que, ces temps-ci, la moindre étincelle, aussi minime soit-elle, à travers une affaire quelconque pourrait provoquer une onde de choc, à la fois irréversible et mortelle. Il suffit de scruter l’augmentation en nombre des cas de vindicte populaire pour s’en rendre compte. Au-delà de l’effritement de la confiance entre le régime et ses administrés, c’est toutes les mœurs qui sont en train de s’affaiblir. Il se pourrait que, dans un laps de temps, la stratégie du mutisme s’avère payante, d’autant que chacun peut y trouver son compte dans l’immédiat. Cependant, sur le long terme elle n’est jamais bénéfique. Il suffit de voir où en sommes-nous aujourd’hui.

Jao Patricius

Les commentaires sont fermées.