Flash
Préc Suiv

Chaque chose en son temps et chacun son tour !

Chaque chose en son temps et chacun son tour !

Alors que certains attendent avec beaucoup d’impatience la tenue d’une session extraordinaire à l’Assemblée nationale… pour diverses raisons, au niveau des décideurs, ce point est apparemment d’une bien moindre importance… pour l’heure. Beaucoup de dépenses, certes, mais peut-être que ce n’est pas non plus le bon moment, malgré certains sujets à traiter d’urgence. Et cela n’a pas empêché l’Hémicycle d’être en effervescence avec des réunions secrètes et des tractations en tout genre, ces derniers temps.

A un moment donné, tout le monde a cru que le président de la République allait indirectement recourir à l’Assemblée nationale pour mettre en bonne et due forme sur la touche le Premier ministre. D’ailleurs, l’opinion publique pense que cette thèse n’est pas encore à écarter jusqu’à preuve du contraire. Pour l’instant, l’ombre d’une session extraordinaire ne plane pas encore à Tsimbazaza. Et apparemment, on s’achemine doucement vers la session ordinaire de mai qui pourrait également réserver son lot de surprises.

A maintes reprises, le bureau permanent de l’Assemblée nationale a été sur la sellette pour différents motifs. L’idée de sa dissolution ne date pas d’hier et risque fort prochainement d’être mise à jour à Tsimbazaza. Chaque chose en son temps et chacun son tour. Des raisons qui justifient ce changement, il y a en a beaucoup notamment en matière de politique. Voir le président de l’Assemblée nationale suspendu et exclu de son parti, suite à une condamnation pour « abus de pouvoir » est en quelque sorte contre les bonnes mœurs. Et la bataille des leaders a été à son paroxysme quand Jean-Max Rakotomamonjy a rendu la monnaie de leur pièce à ses détracteurs. La réponse du berger à la bergère, car ce dernier et consorts ont à leur tour radié quelques membres du Leader fanilo. Loin d’une bonne impression, surtout pour un homme à la tête d’une institution, telle que l’Assemblée nationale.

Même si cela reste pour l’instant une affaire de parti – aucun des protagonistes ne semble décider de porter l’affaire devant le ministère de tutelle – ce bras de fer et cette remue-ménage qui sous cette optique aboutissent assurément à une impasse, pourraient-être une source de zizanie entre les députés.

J.R.

Les commentaires sont fermées.