Flash
Préc Suiv

Le chemin est encore long !

Le chemin est encore long !

Une autre institution, le Sénat est en place. Et la question qui se pose paraît bête, mais logique, qu’est-ce que cela impliquerait sur la situation du pays? En réalité, c’est le rôle et la mission des sénateurs qui restent encore très flous pour la plupart des Malgaches. Il s’agit d’une chambre législative, c’est un peu comme l’Assemblée nationale, les députés, certes, mais sur le plan politique qu’est-ce que cela peut changer ?

Le nombre des sénateurs issus du parti au pouvoir confirme que cette institution devrait conforter la stabilité du régime. Les textes en vigueur stipulent d’ailleurs qu’en cas de vacance de poste du Chef de l’Etat, c’est le président du Sénat qui se chargera de sa fonction. C’est un peu comme le contrepoids de l’Assemblée nationale où le HVM n’est qu’une étiquette prêtée à certains élus indépendants ou membres de partis politiques dissidents, ayant changé de camp pour une raison ou une autre.

A la différence près des députés, les sénateurs devront être plus assagis que les membres de la Chambre basse, à l’image de leur nouveau président, Honoré Rakotomanana, un constitutionnaliste modèle pour le pays, ayant par ailleurs fait parler de son nom au niveau du tribunal international. Plus assagis en apparence, car ils devront avoir atteint un certain âge pour devenir sénateurs, mais qui dit qu’ils ne se livreront pas dans des débats stériles plus tard, pour la défense de leurs intérêts, comme le font les députés avec les 4×4, les passeports diplomatiques, l’immunité parlementaire…

Un de ces sénateurs, élu sous la couleur politique de l’opposition, certes, un gradé des forces de l’ordre qui s’est impliqué fortement dans la politique depuis la Transition, s’est déjà prêté à cet exercice de clash politique de bas d’échelle depuis que les résultats officiels des élections ont été rendus publics. Alors qui pourra rassurer que prochainement, les autres ne vont pas lui emboîter le pas et s’engager dans des débats qui ne feront qu’alimenter la polémique et l’instabilité politique dans le pays ? Effectivement, ce ne sera pas l’illustre Honoré Rakotomanana qui pourrait les en empêcher !

 Enfin, l’on arrive à la question critique, qui relève pourtant de la pratique, et appelle à la conscientisation de tout un chacun sur le rôle et la responsabilité des politiques pour le développement du pays. Le Sénat et le changement ? Avec la mise en place de cette institution, pouvons-nous espérer un réel remaniement du gouvernement, dans les semaines à venir, pour renforcer davantage les actions de développement dans lesquelles le régime s’est engagé ? Le Changement sera-t-il vraiment effectif et le développement économique, social et culturel du pays, effectif ? Sincèrement, le chemin est encore long.

Vonjy M.

Les commentaires sont fermées.