Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : cons-pi-ra-tion (2)

(Suite et fin.)

Et voilà comment, sous notre benoîte protection, ils en sont arrivés à rêver de se soustraire à la domination française.

Un autre très puissant est venu encore les pousser encore dans cette voie, on l’a deviné. Là-dessous il faut voir au premier chef la main des Boches et leur finance.

Comme tout le monde sait, depuis longtemps, les agents de la maison O’Swald, sous le couvert d’affaires commerciales, avaient établi dans tout Madagascar une organisation complète d’agents chargés de drainer à leur profit les divers produits de la Colonie. La France vaincue, ces mêmes agents auraient servi à établir leur domination sur le pays. On n’a pas oublié que dans les bagages de l’Agent Général de la maison O’Swald on a trouvé le costume de Gouverneur Général de Madagascar. Les Boches avaient tout prévu, sauf ce qui est arrivé.

On connaît la persistance, ou mieux, l’entêtement que mettent les Boches à provoquer des troubles anti-français en tous pays, surtout en colonies françaises. On comprend dès lors que même enfermés au Fort-Duchêne ou à la maison d’arrêt de Diégo, ils aient fait tous leurs efforts pour exciter les « intellectuels » ci-dessus contre nous. Ils ne se sont pas rendu compte que ces anciens dirigeants n’avaient conservé aucune influence sur leurs anciens administrés, et que la masse du pays tout entière, non seulement ne les aurait pas suivis, mais encore aurait été complètement contre eux, car les peuplades qui ont vécu sous leur domination n’ont pas encore oublié leur despotisme et leurs exactions.

Mais bien que leur tentative n’eût aucune chance de succès, ils ne s’en sont pas moins rendus coupables d’un crime d’autant moins excusable que la France les avait traités avec plus de bienveillance et de générosité. Ils feront encore sans doute des protestations de fidélité et de soumission. Mais étant donnée leur mentalité, il serait puéril et dangereux d’ajouter foi à leur parole, et un exemple sévère s’impose, mettant fin à tout jamais aux velléités de cette nature.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.