Flash
Préc Suiv

Jean-Max Rakotomamonjy : « L’erreur est humaine »

Jean-Max Rakotomamonjy : « L’erreur est humaine »

Les membres du bureau national de coordination (BNC) au grand complet ont fait appel à la presse, hier à son siège à Antsahabe afin de donner leur version des faits à propos de la désignation de l’épouse de Jean-Max Rakotomamonjy comme candidate du parti « Libéralisme économique et action démocratique Fanilo » (Leader Fanilo).aux sénatoriales. De ce fait, pour manquement à l’éthique, le comité d’orientation (CO) a suspendu  les membres du BNC.

Jean-Max Rakotomamonjy pense que c’est une erreur comme toutes les autres. D’ailleurs aucune sanction ne sera prise à leur encontre. « Nous ne voulons pas ternir l’image du parti surtout de son fondateur par des bêtises pareilles. L’erreur est humaine », a déclaré le président du BNC.

Ils étaient tous présents, à commencer par le président du BNC, Jean-Max Rakotomamonjy, les vice-présidents Alphonse Toto et Constance Razafimily, le secrétaire général Eric Rabearisoa, et son adjoint Georges Solay Rakotonirainy. Les membres du bureau en France et quelques membres influents du parti fondé par feu Herizo Razafimahaleo ont tenu à soutenir par leur présence le BNC.

 « Cette déclaration est nulle et non avenue », a déclaré Jean-Max Rakotomamonjy, député élu sous les couleurs du parti et non-moins président de l’Assemblée nationale. « Le CO qui s’est fait représenter par cinq personnes n’a pas la prérogative de suspendre un membre du parti encore moins les membres du bureau national de coordination », a-t-il poursuivi.

Tout d’abord, le règlement intérieur ne permet pas au CO de procéder à la suspension d’un membre du BNC. En effet, l’article 15.2 du règlement intérieur dudit parti stipule clairement qu’« un membre du BNC peut être démis de ses fonctions par le conseil national du BNC lorsque, régulièrement convoqué, il n’a pas assisté à trois réunions successives du bureau sans motif valable ».

Et Jean-Max Rakotomamonjy n’hésite pas à enfoncer le clou en évoquant le droit et devoir dont doivent s’acquitter les membres actifs du parti selon le règlement intérieur. « Dans l’article 4.2, tout membre actif et non démissionnaire a le devoir de régler ses cotisations arrivées à échéance, ce qui n’est pas chose faite pour les membres de ce CO », a révélé le président du BNC.

Ce bureau revendique ainsi son mandat de cinq ans issu d’une élection démocratique effectuée le 12 décembre 2012 par le comité national de coordination. «  La prochaine élection se tiendra en 2017, libre à ceux qui veulent nous succéder », a-t-il conclu.

Nadia

Les commentaires sont fermées.