Flash
Préc Suiv

Dans un monde parallèle

Dans un monde parallèle

Tiens donc ! Il semble que des présidents de fédérations sportives se sentent lésés d’avoir été omis de la liste des invités à la cérémonie de présentation de vœux au couple présidentiel. Ils prévoient ainsi de manifester leur mécontentement dans les jours à venir en interpelant directement leur ministère de tutelle. Certains diront qu’il s’agit là d’une réaction légitime d’autant que le sport, tout comme la jeunesse, n’a jamais été une priorité des dirigeants, et ce en dépit des multiples discours qui pourront faire croire le contraire. D’autant plus aussi que lors des discours prononcés à cette occasion, personne n’a fait référence au sport. C’est donc en toute légitimité, diront toujours certains, que les fédérations sportives se manifestent. Il faut reconnaître que les plats servis aux invités à cette occasion, fournis par un hôtel reconnu au niveau international, ont été copieux et qu’il était mieux d’avoir été présent plutôt que d’entendre les invités raconter leurs pérégrinations culinaires.

Pour autant, il semble évident que certains de nos compatriotes vivent dans un monde parallèle à la nôtre. Qui n’a pas entendu les appels, voire les supplications, de la part des citoyens ou encore de la société civile réclamant l’annulation de ladite cérémonie ? Est-ce qu’il appartient à chaque ministère de dresser la liste des invités à la cérémonie d’Iavoloha ? La seule explication logique à l’analyse de ces interrogations c’est qu’il existe une partie des responsables dans ce beau pays qui se croient toujours plus importants que d’autres. Les fédérations sportives peuvent avoir des griefs à l’endroit de leur ministère de tutelle, mais intégrer la non-invitation à la cérémonie de présentation de vœux à Iavoloha à leur liste de récriminations semble plus que troublant.

Ceci étant, les présidents de fédérations gagneraient à faire preuve de modestie, même fausse, dans cette affaire en remerciant d’abord les organisateurs de la cérémonie en les omettant de la liste des invités, même si ce n’était pas le cas, car c’est déjà un service rendu à la limitation des dépenses. Ensuite, en mettant l’accent sur l’exemplarité de leur ministère de tutelle qui a réussi à n’avoir que «quelques invités» à Iavoloha à ce moment-là. Car si toutes les institutions, les ministères et les organismes rattachés à ces derniers font de même, il ne serait plus resté que quelques personnalités à Iavoloha lors de la cérémonie de présentation de vœux. Au final, tout le monde sera ainsi gagnant car la coupe budgétaire se fera automatiquement et que les contestations liées aux dépenses afférentes à la cérémonie n’auront plus leur raison d’être.

Jao Patricius

Une réponse à "Dans un monde parallèle"

  1. Sedra RAKOTO  12/01/2016 à 11:40

    correction : Les Presidents des federations du kick-boxing et du basket-ball ont ete present a Iavoloha … Ce qui etonne, c est la presence en masse des membres du Rotary …

Les commentaires sont fermées.