Flash
Préc Suiv

Orange Madagascar : hausse unilatérale des tarifs de communication

Après les promos alléchantes de fin d’année, le coup de massue ! Orange Madagascar annonce une augmentation de 3 à 10% du coût de ses services à compter du 14 janvier prochain. Des hausses qui seront déterminées en fonction du plan tarifaire utilisé par l’abonné.

Un coup dur pour le pouvoir d’achat des Malgaches. L’opérateur téléphonique Orange Madagascar annonce une hausse de 3 à 10% des tarifs de communication sur l’ensemble de ses services à compter du 14 janvier prochain pour compenser l’augmentation des droits d’accises de 3%. Le taux d’augmentation sera effectivement déterminé en fonction du plan tarifaire qu’utilise le client.

Orange accuse publiquement l’Etat, dans un communiqué publié la semaine dernière, d’être responsable de l’augmentation des tarifs de communication. « Les dispositions dans la loi de Finances initiale 2016 prévoient l’application d’un droit d’accise de 10% sur l’ensemble des services de télécommunication, contre 7% précédemment, et uniquement sur les communications téléphoniques. Afin de pouvoir continuer à investir et à offrir des services performants et de qualité à ses clients, Orange Madagascar est ainsi contraint de répercuter sur ses tarifs cette évolution du droit d’accise (…) ».

Cette hausse des droits d’accise fait partie des stratégies adoptées par le gouvernement pour atteindre un taux de pression fiscale de 10,4%. Cela suppose de prendre plusieurs mesures, entre autres l’augmentation du taux de droit d’accise sur la communication par téléphonie et les réseaux mobiles, incluant Internet, trafic voix, trafic SMS ou MMS et transfert de données. Un droit d’accise auquel sont donc soumis tous les opérateurs, alors que seul Orange Madagascar a décidé unilatéralement d’appliquer la hausse en la mettant sur le compte du gouvernement.

Des millions d’abonnés concernés

Les clients d’Orange ont donc été avertis de l’augmentation des tarifs prévue dans un délai de 15 jours par le biais d’un communiqué. Délai que la grande majorité des consommateurs estime réduit à sa plus simple expression. Les clients ruraux qui n’ont accès qu’à la radio apprécieront. De surcroît, 3 à 10% de hausse, ce n’est pas rien pour des ménages ou une population dont le pouvoir d’achat est déjà extrêmement faible.

Si la dernière augmentation des tarifs remonte à 2013, pour le cas des autres opérateurs, la prévision d’une éventuelle hausse n’a pas encore été annoncée. Cela pourrait effectivement signifier pour Orange Madagascar la perte d’une partie de sa clientèle dans la mesure où nombreux voudraient de ce fait se séparer de l’opérateur. Car heureusement pour les abonnés qu’ils ont la possibilité de changer d’opérateur, et ce sont les bienfaits de la concurrence : on peut passer d’un opérateur à l’autre, obligeant ces derniers à fournir des services de qualité et des tarifs compétitifs. Le public se félicite que les autres sociétés tous secteurs confondus fassent preuve de civilité dans leurs communications, et de considération envers leur clientèle.

Haja R.

L’augmentation des tarifs ne vous convient pas et vous souhaitez changer d’opérateur

Les clients post-payés ou par abonnement sont généralement engagés sur des périodes longues (12 ou 24 mois) et ne peuvent résilier leur contrat que sous réserve de payer un dédit correspondant habituellement à la totalité des abonnements restants.

Une des clauses permettant de rompre le contrat est précisément l’augmentation unilatérale de tarif imposée par l’opérateur. Les Conditions Générales d’abonnement stipulent que « Dans l’hypothèse d’une hausse des tarifs, le client en sera informé par tous les moyens légalement autorisés, au moins, quinze (15) jours avant leur prise d’effet. Il peut alors mettre fin à son contrat dans ce délai de quinze (15) jours par lettre avec accusé de réception ». Ce qui autorise donc tout abonné désirant quitter Orange à demander la résiliation de son abonnement via un simple courrier dont il faudra prendre soin de faire accuser réception aux guichets d’orange puisque le délai extrêmement court imposé par Orange ne permet pas le courrier postal avec accusé de réception.

Les autres clauses de rupture sont entre autre la qualité du réseau dont il y aurait à commenter ou un affichage inexact comme la détention d’une licence.

Les commentaires sont fermées.