Flash
Préc Suiv

Reflet de la semaine – Kick Boxing : des périples mondiaux teintés de triomphe

Reflet de la semaine – Kick Boxing : des périples mondiaux teintés de triomphe

Etre sur le toit du monde n’a rien d’un pur hasard quand on est sur le ring et face à un adversaire coriace déterminé  à vous mettre K.O à tout instant. Ces dernières années, le kick boxing malgache a réussi à se faire un nom à l’échelle internationale et autant dire qu’il fait maintenant partie des disciplines comme la pétanque et le rugby, à servir de carte de visite pour la Grande île. En un mot, cette quête de sacre et de réputation a largement dépassé la frontière à commencer par la zone de l’océan Indien. De Brésil en Italie en passant par l’Afrique sans oublier l’Europe, le kick boxing malgache a été avant tout à l’assaut du monde.

27 décembre 2015 (Russie), Séverin sur le toit du monde

Le suspense a été à son comble dans la nuit du 27 décembre 2015. Séverin Ramamonjisoa a constitué l’affiche finale du championnat du monde professionnel dans la catégorie Low kick

(-64 kg). En face de lui, un Russe, Zurab Faroyan, un habitué du ring qui bien avant le combat a déjà acquis un énorme avantage en livrant duel à domicile.  De plus, le gymnase Sochi a été plein à craquer. Malgré cette tension et pression avant le corps à corps,  Séverin ne s’est laissé pas intimider, d’ailleurs d’entrée, le Malgache n’avait pas froid aux yeux tout en étant sur ses gardes. A chaque round disputé, c’est reparti comme en quarante, Séverin a non seulement tenu bon, mais également était au-dessus du lot. Après 4 rounds, le Malgache a déjà le titre de ceinture professionnelle en poche. Mais la confirmation a été évidente lors du 5e et dernier round, Zurab Faroyan n’a pas fait le poids et Séverin n’a plus eu du mal à le mettre K.O. Grâce à cette victoire, Séverin est également le détenteur de la ceinture mondiale Iska low kick chez les moins de 60 kg.  A titre d’information, Séverin a déjà remporté une ceinture dans la catégorie professionnelle de moins de 54 kg en 2014.

«Cela fait des mois qu’on a préparé cette affiche. Et les conseils et instructions des mes entraîneurs m’ont largement aidé à donner corps à ce rêve. Cette consécration est pour moi le résultat palpable des mois d’effort et de détermination. Puis défendre la couleur nationale à ce stade de compétition est un grand honneur pour moi», a souligné Séverin. A noter que l’expatrié malgache, Johane Beauséjour  a coaché le Malgache durant son séjour en Russie.

Agé seulement de 20 ans, Séverin compte à son palmarès plusieurs titres. Six fois sacrés champion de Madagascar, il a également été reconnu meilleur combattant de l’océan Indien.

Coupe de l’océan Indien, la mainmise des titres

L’hôtel de ville d’Analakely a été sous les feux des projecteurs lors de la coupe de l’océan Indien en avril 2015. En fait, chaque pays engagé a aligné leur meilleur combattant. Et c’était une occasion pour la Grande île de prouver devant les délégations réunionnaise, seychelloise et mauricienne que pour l’instant et peut-être pour longtemps, Madagascar reste le pays à battre dans la zone de l’océan Indien. 10 titres obtenus sur les 17 disputés, la bande à Rasta a impressionné le public d’Analakely et a donc rempli sa mission.

Le face-à-face ultime  entre Rasta et Le Réunionnais Naxos Vincent (-67 kg) a clôturé en note majeure la soirée. C’était un duel palpitant et sans merci largement dominé par le Malgache. En fait, Rasta a obtenu sa victoire par K.O au troisième round alors que son objectif à chaque joute est d’envoyer au tapis le plus vite possible son adversaire. Le vice-champion d’Afrique 2012 n’a pas encore perdu la main. Les sacres de Sévérin Ramamonjisoa, de Justin Zafimino alias Lavakely, élu meilleur jeune, de Hilaire Irchade (Lebouta) sont également à inscrire dans les annales.

Mondial de Serbie, Madagascar sacré vice-champion

Rentrer bredouille à l’issue d’une affiche internationale ne fait pas partie des vocabulaires de la fédération malgache de kick boxing. 2000 prétendants au titre mondial ont été sous les projecteurs du championnat du monde Serbie en novembre 2015. Sous cette optique, tous les grands tireurs de la planète ont été au rendez-vous et parmi eux 11 combattants malgaches. La quête de la palme n’a pas été facile pour la délégation malgache à l’exception de Miora Tiana qui a échoué au seuil du firmament en faveur de la tenante du titre, la Russe Fatima Zhagupova. «Ma blessure au tibia m’a gênée, mais cela ne m’a empêché de se hisser en finale. C’était l’occasion pour moi de renverser la vapeur à l’issue du championnat du monde junior, mais une fois encore, j’ai perdu la finale contre une combattre russe», a-t-elle souligné. Chez les hommes, l’expatrié Johane Beauséjour, le double champion de France, élite en boxe thaïlandaise (2009-2010) dans la catégorie des moins de 75 kg en K1 a été battu d’entrée par le Serbe Ljubo Jalovi, champion d’Europe. Les autres combattants malgaches en lice ont été éliminés en huitième de finale.

Pour Johnny, «Malgré ce résultat mi-figue mi-raisin, ébranler la suprématie d’un champion du monde nous permet d’acquérir plus d’expérience car chaque détail compte dans une compétition internationale. Le titre mondial est à notre portée et les combattants malgaches ont tous les atouts nécessaires pour y parvenir». Johnny affiche son optimisme quant à l’avenir du kick boxing malgache à l’échelle internationale.

De La Réunion à Maurice, Mioratiana intraitable

Invité à prendre part à la «Nuit des champions» qui s’est tenue  au gymnase Henri Ganofsky à La Réunion en mai 2015, Madagascar en alignant trois combattants a été à la hauteur de sa réputation. Miora Tiana Randriamiarisoa (48 kg dames), vice-championne du monde junior, Julien Rafaralahisolo, double champion du monde en low kick et light contact en 2011 et Voary Pierre tenant du titre national ont été alignés par la fédération. Et cette fois, honneur aux dames car Miora Tiana a été tout simplement magistrale et a confirmé dans ce sens son rang continental et mondial devant La Réunionnaise, Arnaux Brunella. La Malgache a livré un combat de haut niveau et a carrément battu à plate couture son adversaire sur le score net de 3 points à rien. Sur toutes les lignes, Miora Tiana a été la meilleure. Pour dire que la logique a été respectée.

Quant à Julien qui à n’est plus à présenter sur le ring international, il n’a pas emboîté le pas à Miora. Et malgré sa fougue d’avoir le bâton de Maréchal, un certain Cédric Derruisseaux lui a barré la route en s’imposant sur le score serré de 2 points à 1 dans la discipline K-1. Le 3è combattant malgache en lice, Voary Pierre est d’entrée tombé sur un os face à Jérémy Payet. Ce dernier a envoyé au tapis le Malgache au 2è round.

Quatre titres raflés à la coupe des Nations à Maurice, l’une des compétitions d’envergure dans la zone de l’océan Indien l’année dernière. Et Madagascar, comme à l’accoutumée n’a pas rentré la main vide. Miora Tiana chez les dames, Fazarally Christian et Rockays chez les hommes ont porté haut le flambeau national. A vrai dire, cette affiche a servi de préparation en vue du mondial de Serbie pour les Malgaches.

Italie en 2014, Lavakely et Faratiana ont brillé en or

Des moments d’euphorie et de gloire, le kick boxing malgache en a vécu autant. C’était le cas en 2014 en Italie lors de la coupe du monde de kick boxing où Lavekely et Faratiana dans leur catégorie respective (Cadet et junior) sont montés au pinacle en décrochant la médaille d’or. Et cerise sur le gâteau, Lavakely est élu « Best figther kick light » et a occupé la troisième marche du podium en light contact. Au total, Madagascar a récolté 9 médailles dont deux or, deux argent et cinq bonze.

Dans la même foulée, mais c’était en 2013 au Brésil, Gilbert Jacoba dit Menavolo (-54 kg), Anigaël Gastros (-60 kg) et Jean-Christian Heriniaina (-51kg) ont défié les grands combattants de ce monde lors du championnat du monde. Heriniaina a été au seuil de la consécration, mais suite à des échanges vifs avec son adversaire lors de la demi-finale, il a été victime d’une fracture du tibia. Comme lui, Menavolo et Gastros ont dû se contenter de médaille de bronze.

Les commentaires sont fermées.