Flash
Préc Suiv

Le week-end de tous les dangers : de germes de trouble menacent la capitale

Le week-end de tous les dangers : de germes de trouble menacent la capitale

Au moins quatre événements majeurs sont prévus se dérouler à partir de ce jour dans la capitale. Le général Florens Rakotomahanina, commandant de la CIRGN Antananarivo et non moins leader de l’Emmo-Far, a fait savoir qu’afin de parer à toute éventualité, les forces de l’ordre entendent tout mettre en œuvre.

«Tout rassemblement et manifestation sans autorisation seront réprimés. Nous allons prendre les dispositions qui s’imposent à toutes tentatives qui pourraient perturber l’ordre et la sécurité», a déclaré hier le général, au cours d’une rencontre avec la presse, à la salle des opérations à Ankadilalana.

En premier lieu, le général Florens Rakotomahanina a indiqué que, selon le renseignement parvenu aux forces de l’ordre, des personnes malintentionnées ont menacé de caillasser les voitures des invités à la traditionnelle cérémonie des vœux présidentiels. «Il ne faut jamais prendre à la légère ce genre de renseignement. De ce fait, nous allons mobiliser des éléments pour réguler la circulation et assurer la sécurité des invités en dehors du palais d’Iavoloha», a-t-il précisé.

Le numéro un de la Circonscription de gendarmerie à Antananarivo a aussi mis l’accent sur l’assainissement de la capitale et sur la proclamation des résultats provisoires des sénatoriales prévue se tenir demain. «Des groupes de personnes sont derrière les manœuvres destinées à désorganiser ces deux grands événements mais, une fois de plus, je réitère que des éléments de l’Emmo-reg assureront la sécurité», a-t-il poursuivi.

Le HMMNM brave l’interdiction

Le général Florens Rakotomahanina a fait savoir aussi que la grande marche concoctée par « Hetsika Madagasikara miaro ireo Nosy malagasy (HMMNM) », le mouvement qui revendique les îles Eparses, n’a pas reçu l’accord de la préfecture de police de la ville d’Antananarivo.

«Sachant que le préfet de police n’a pas donné son accord, la grande marche est donc interdite. Il en est de même pour le sit-in que les organisateurs comptaient faire devant l’ambassade de France à Ambatomena car selon, le droit international, l’ambassade et la chancellerie sont des territoires détachés. Et les gouvernants du pays dans lequel ils se trouvent doivent les protéger. Les contrevenants seront dispersés», a terminé le général avant de conclure que, très tôt dans la matinée de samedi, la place d’Ambohijatovo sera quadrillée par les forces de l’ordre.

Par ailleurs, lors de son intervention sur l’antenne d’une station de radio privée de la capitale, un responsable au sein de la HMMNM a annoncé que la marche aura lieu, avec ou sans l’aval des autorités. Ce qui laisse prévoir que la situation risque de se détériorer demain à Ambohijatovo.

Mparany

Les commentaires sont fermées.