Flash
Préc Suiv

Faites vos… vœux !

Faites vos… vœux !

Aujourd’hui, c’est la présentation de vœux au couple présidentiel, à Iavoloha. Les messages que l’on s’envoyait par SMS, sur les réseaux sociaux, les appels téléphoniques mutuels, après notamment les douze coups de minuit du 31 décembre 2015, tout cela était bien des vœux. Mais ceux du Chef de l’Etat devront être plus attendus. Non pas parce qu’ils sont considérés comme officiels, incarnant la vision présidentielle du futur, mais parce qu’on attendait également beaucoup de ce Président et du régime qu’il dirige.

Il fut un moment où tous, des ministères et organismes rattachés aux départements ministériels, aux institutions de l’Etat étaient obligés d’attendre la cérémonie de présentation de vœux au couple présidentiel avant d’organiser les rencontres ou fêtes avec leur personnel respectif. Non, ce n’était pas seulement parce qu’on considérait les vœux présidentiels comme une référence, mais parce qu’il s’agissait également d’un respect au « Raiamandreny » qui, pouvoir oblige n’aurait pas non plus apprécié qu’on le devance sur cet événement.

Si le discours présidentiel à la Nation à la veille du réveillon était alors trop soft au goût de la population, dénué des valeurs qu’il aurait dû véhiculer pour les critiques, et donc vite oublié, selon la logique, l’on espère bien qu’il réservera le meilleur pour… aujourd’hui. Le meilleur, ce sont en effet les vœux très chers de tout un chacun, de la majorité des Malgaches, non seulement les électeurs qui ont porté les élus à leur… siège, mais de tous les citoyens qui aspirent à sortir de la tenaille de la pauvreté, à vivre dans des conditions humainement décents, ainsi que dans un environnement social et économique sain. Et bien sûr du retour de la sécurité au sens large du terme.

Mais les vœux restent souvent des vœux. S’ils ne se réalisent point, notamment dans le domaine politique que nous évoquons, ce n’est pas forcément parce qu’ils sont irréalisables, mais parce qu’ils sont parfois loin de constituer et d’être considérés comme étant un objectif. En réalité, les vœux de la population ne semblent parfois pas coïncider avec les priorités des autorités, notamment dans les pays en voie de développement. Parce que souvent la vision des gouvernants s’écarte de celle des gouvernés. Et voilà qu’il y a donc priorité et priorités, et par ricochet, vœux et vœux.

Mais janvier et février sont les mois des vœux. Et ce ne sont pas les caprices des êtres humains, les imperfections du commun des mortels ou encore les incompatibilités de… vision des gouvernants et gouvernés qui nous empêcheront de faire nos vœux, car les vœux sont comme les espoirs : ils font surtout vivre les… courageux.

Vonjy M

Les commentaires sont fermées.