Flash
Préc Suiv

Situation postélectorale : l’U.A évalue Madagascar

Situation postélectorale : l’U.A évalue Madagascar

Depuis mardi dernier, l’Union africaine est en mission d’évaluation postélectorale dans le pays, à travers une délégation conduite par Lakdhdar Brahimi. Le cas malgache sera d’ailleurs discuté au prochain sommet de l’UA prévu d’ici la fin du mois.

La délégation du Groupe des Sages de l’Union africaine conduite par Lakhdar Brahimi a rencontré la ministre des Affaires étrangères, Béatrice Atallah, hier au bureau de cette dernière à Anosy, et ce dans le cadre de sa mission d’évaluation de la situation postélectorale à Madagascar, s’agissant en particulier de la consolidation de la paix. Lors d’une courte intervention face à la presse, le diplomate algérien a, entre autres, soutenu que beaucoup reste encore à faire à Madagascar. Pour autant, « Je suis chargé de dire que l’Union africaine demeure déterminée à apporter son soutien indéfectible dans le travail qui reste à faire, et qui permettra à ce grand pays de jouer son rôle sur la scène internationale », a-t-il déclaré.

Et lui d’ajouter à propos de la mission de la délégation qu’il conduit que « La ministre des Affaires étrangères nous a briefé dans les détails la situation à Madagascar à l’heure actuelle ». Le compte rendu de cette situation sera fait durant le sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba à la fin du mois. « Il (Lakhdar Brahimi, ndlr) figure parmi les cinq sages de l’Union africaine (…). Suite à la réunion du 21 septembre dernier à Addis-Abeba concernant Madagascar, il est donc présent au pays pour évaluer les étapes accomplies depuis », a expliqué la ministre des Affaires étrangères.

Pour rappel, en septembre dernier, lors du 545è réunion de l’organisation continentale à Addis -Abeba, le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de celle-ci avait exhorté les acteurs politiques malgaches à faire preuve de l’engagement politique nécessaire en vue de consolider les avancées enregistrées et de relever les défis auxquels Madagascar est confronté, c’est le cas notamment de l’accélération de la mise en œuvre des réformes en matière de sécurité.

Sécurité

Selon les informations reçues, la tenue des élections communales et municipales, et des sénatoriales, ainsi que les conclusions de la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC) figurent d’ailleurs parmi les points évoqués par les deux parties. Cependant, « Ces points seront discutés dans les détails avec le chef de l’Etat », a-t-elle fait savoir. A noter en outre qu’il existe des projets en cours au niveau de la coopération entre l’Union africaine et Madagascar. C’est le cas, entre autres, de la reforme du secteur de la sécurité, de la réconciliation, de l’expertise en tout genre s’agissant notamment de la réinsertion sociale des dahalo. « Cette coopération ne se limite pas au seul soutien financier », a ajouté la Chef de la diplomatie malgache.

Pour rappel, l’Union africaine a été présente durant tout le processus de sortie de crise depuis 2013, cela avec la mise en place du Groupe international de contact pour Madagascar (Gic-M). C’est ainsi à travers le Gic-M que l’Union africaine a pu participer à la mise en place des institutions de la Quatrième République, notamment à travers l’organisation des élections présidentielle et législatives.

Jao Patricius

Les commentaires sont fermées.