Flash
Préc Suiv

FEDEP  : l’union nationale souhaitée

FEDEP  : l’union nationale souhaitée

Les membres de la Fédération des ex-détenus politiques (Fedep) de toutes les régions réclament l’accélération du processus de réconciliation nationale pour le redressement du pays car il n’y aura pas de développement sans apaisement, a souligné son président national, Henri Rakotomalala alias « Riri Be », hier.

La fédération a annoncé son soutien au régime pour enrayer le mécanisme des crises cycliques, à l’origine de la situation difficile dans laquelle se trouve actuellement la population, selon le bureau national qui souhaite faire de 2016,  une année de la réconciliation. La mise en place du « Comité pour le fampihavanana malagasy » doit se faire dans les meilleurs délais, selon les membres de la fédération, qui revendiquent à cet effet une représentation respectivement au sein de cette structure et à la Chambre haute. La Fedep demande d’ailleurs davantage d’ouverture de la part du président de la République dans la désignation des 21 sénateurs de son quota en évitant la reconduction des politiciens véreux qui ne sont plus crédibles aux yeux de la population. Le président national de la Fedep a rappelé que le mandat du « Filankevitry ny fampihavanana malagasy » (FFM) expire au mois de mars et que le Président Hery Rajaonarimampianina doit procéder incessamment à la nomination des 21 sénateurs dont la charge lui revient de droit.

Après son assemblée générale au mois de février prochain, la Fedep souhaite rencontrer le chef de l’Etat en mars pour lui exposer sa vision des affaires nationales.

Manou

Les commentaires sont fermées.