Flash
Préc Suiv

Elysée Ratsiraka : «La situation est sous contrôle»

Elysée Ratsiraka : «La situation est sous contrôle»

Après les semaines de grève des employés de la commune, la situation semble revenir à la normale dans la capitale Betsimisaraka.

C’est du moins le message qu’a voulu lancer l’actuel premier magistrat de la ville du Grand port de l’Est, Elysée Ratsiraka, hier lors d’une conversation téléphonique. «La situation est revenue à la normale depuis presque un mois. Néanmoins, certaines personnes tentent de nous déstabiliser. C’est le cas, lundi dernier, lorsque des personnes ont voulu forcer la clôture à l’entrée du bureau de la mairie», a-t-il déclaré. Une référence faite à l’endroit d’un groupe des personnes qui, récemment, se sont senties lésées en n’ayant pu obtenir leur salaire de fin d’année que tardivement. «J’ai d’ailleurs fait appel à la gendarmerie pour régler la situation», a-t-il ajouté.

Dans le courant du mois de novembre dernier, le maire et les employés de la commune urbaine de Toamasina ont été sur la corde sur la raide au sujet du paiement des arriérés de salaires de ces derniers. Une situation qui a tourné à un affrontement entre les partisans des deux parties et fait un blessé. La situation ne s’est calmée qu’après l’intervention des éléments de l’Etat-major mixte opérationnel (Emmo) de la région Atsinanana sur les lieux.

A en croire en tout cas les explications du premier magistrat de la ville, ses collaborateurs et lui-même se tournent désormais vers l’avenir. «Cette année, nous avons des objectifs à atteindre. C’est le cas notamment de l’augmentation des recettes de la Commune pour chaque direction ou encore de l’assainissement de chaque quartier. J’ai aussi donné des instructions à mes collaborateurs pour se pencher sur ces sujets d’intérêt général», a déclaré Elysée Ratsiraka. Il semble cependant que jusqu’ici la mairie de Toamasina n’envisage pas encore de se lancer dans de grands investissements. «Nous avons divers projets concernant les grands investissements mais le moment n’est pas encore opportun pour s’y lancer», a conclu l’ancien ministre de l’Energie du temps de la Transition.

Jao Patricius

Les commentaires sont fermées.