Flash
Préc Suiv

SENAT, HCC, CENI : la stabilité politique est acquise

SENAT, HCC, CENI : la stabilité politique est acquise

Le chef de l’Etat peut dormir sur ses deux oreilles. « Avec la mise en place du Sénat, de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et de la Haute cour constitutionnelle (HCC), on peut dire que toutes les conditions sont réunies pour asseoir la stabilité et par conséquent les prochaines élections de 2018 », explique le magistrat et ancien membre de la Commission électorale spéciale (CES), Herilaza Imbiki, joint eu téléphone hier.

Plusieurs juristes estiment en effet que la mise en place du Sénat permet de garantir la stabilité politique du pouvoir. « A travers le Sénat, l’Exécutif pourra adopter une bonne stratégie sur le plan législtatif », explique-t-il. Notre interlocuteur précise ainsi que « Le chef de l’Etat n’a plus rien à craindre puisque la majorité des membres du Sénat sont de son côté. Si des textes ne sont pas adoptés à l’Assemblée nationale, il pourra toujours les envoyer auprès du Sénat étant donné que la Constitution a opté pour un pouvoir bicaméral ». Il faut noter que, selon les résultats provisoires des sénatoriales, les sénateurs HVM raflent 36 sièges sur les 42 à pourvoir. Et comme cela est le cas à l’Assemblée nationale, il n’y aura pas d’opposition à la Chambre haute.

Cela dit, « Le chef de l’Etat devrait profiter du fait qu’il n’y a plus de blocage, pour mettre en place toutes les autres institutions de la République », poursuit Herilaza Imbiki. Parmi celles-ci, le Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’Etat de droit, ou encore le Conseil économique, social et culturel. Il faut également rappeler que les membres de certaines institutions comme la Haute cour de justice (HCJ) et la HCC ne sont pas encore au complet bien qu’elles soient déjà en place.

T.N.

Les commentaires sont fermées.