Flash
Préc Suiv

Enquêtes  : les élites cumulent les sphères du pouvoir

Enquêtes  : les élites cumulent les sphères du pouvoir

 Les élites à Madagascar sont plutôt réticentes au changement alors qu’elles aspirent à maintenir leur mainmise sur les sphères du pouvoir d’une façon héréditaire. Les résultats des enquêtes menées par les chercheurs du Dial-IRD et du cabinet Coef ressources affichent clairement que près de la moitié des élites ont au moins un parent qui fait ou qui a fait partie des élites, soit 46% du registre.

Selon toujours les résultats des enquêtes présentés hier à l’IFM Analakely, « Ce phénomène concerne toutes les sphères du pouvoir même si l’ascendance joue plus fortement pour l’accès à certaines d’entre elles ». Mais les plus prisées sont celles qui opèrent dans le domaine économique et les organismes internationaux. Les chiffres montrent que 52% des élites du milieu entrepreneurial sont descendantes d’élites, tandis que 54% oeuvrent dans les organismes internationaux. Les autres sont réparties dans les institutions plubliques, l’armée, la société civile, les partis politiques, ou encore le gouvernement.

Bien que le mode d’accès au monde des élites soit majoritairement héréditaire, ces dernières cumulent également les sphères du pouvoir. Ce qui laisse le reste de la population plus ou moins lesé, cela d’autant plus que les élites ont tendance à se renforcer mutuellement. Presque la moitié des élites (49%) cumulent au moment de l’enquête des fonctions de responsabilité dans au moins deux sphères distinctes tandis que 20% sont présentes dans trois sphères différentes. Les enquêteurs en ont d’ailleurs conclu que « Le cumul de fonctions ou de positions s’avère non seulement une pratique généralisée mais il semble s’accompagner d’une stratégie de diversification des points d’ancrage dans le temps ».

T.N.

Les commentaires sont fermées.